Le Lien

N° 243 Octobre 2007

Le projet de Dieu : une abondance qui déborde..

Par Jean-Pierre Besse

Dieu agit dans la Parole car Il est Luimême sa propre Parole. L’Evangile, c’est la puissance de Dieu, d’abord pour le salut personnel de ceux qui y accordent leur foi, mais aussi, en second lieu, pour la société dans laquelle ces croyants vivent. Dans le Deutéronome, il est dit au ch. 4 v.7-8 : (7) Quelle est en effet la grande nation qui ait des dieux aussi proches que l’Eternel, notre Dieu, l’est de nous, chaque fois que nous l’invoquons ? (8) Et quelle est la grande nation qui ait des lois et des ordonnances justes comme toute cette loi que je vous présente aujourd’hui ? Si ces paroles concernent évidemment d’abord Israël, elles s’appliquent aussi à tous ceux et celles qui ont été greffés sur la racine d’Israël qu’est Jésus- Christ et qui font partie de toutes sortes de nations (Romains 11.17-18).
 
Un Dieu proche qui nous rend adultes !
Le v. 7 met en évidence l’extraordinaire et unique proximité du Seigneur, introuvable ailleurs : un Dieu que l’on peut appeler et qui répond parce que Lui-même a pris l’initiative de s’approcher et même de devenir l’un de nous ! Celui dont la gloire, si elle se manifestait pleinement, nous anéantirait sur le champ, nous autorise à faire appel à Lui ! Nous ne risquons donc rien car nous sommes couverts par le sang de l’Alliance en Jésus que Dieu a Lui-même donné pour nous. Et nous tenons debout par grâce ! Nous sommes devenus nous-mêmes des fi ls et des fi lles de Dieu en Lui. Il est devenu tellement proche qu’Il n’est pas seulement « Dieu avec nous » mais « Dieu en nous » pour tous ceux que Dieu a baptisés dans son Esprit. Il est un Dieu disposé à se laisser trouver par tous ceux qui le cherchent de tout leur coeur (Jér. 29.13-14). Un Dieu qui répond à la prière lorsqu’elle provient d’une vraie communion et non d’une manipulation magique.

Mais il faut aussi écouter le v. 8 qui mentionne les lois et les ordonnances justes de Dieu. Elles expriment la volonté vivante de Dieu qui tient compte des époques et des lieux. Il y a dans la Parole de Dieu, reçue et appliquée par l’Esprit Saint, un potentiel inouï de vérité et d’énergie capable de nous transformer et d’infl uencer notre entourage : une nation tout entière peut en être bénie ! Mais pour cela les deux versets doivent être pris ensemble et non séparément.

Une première tentation
Elle pourrait être de ne vouloir que ce que dit le verset 7 : « Priez le Seigneur avec ferveur et foi et vous le verrez agir car il est proche de vous, il est même votre Père ! Il va résoudre vos problèmes, il va vous sortir de la misère et même vous accorder la prospérité. C’est Lui en effet qui vous a rachetés de la mort et du péché, comment ne vous donnerait-il pas tout par-dessus, avec le don de son Fils » ? Tout cela est vrai ! Et pourtant, si nous nous contentons juste de prier, même avec foi, sans écouter le v. 8, c’est-à-dire sans prendre les responsabilités qui vont avec la foi, il ne se passera rien de décisif à long terme ! Pourquoi ?

Parce qu’alors, la prière et les chants, la foi exprimée même, sont une couverture qui masque la fuite des responsabilités, voire le refus de pratiquer ce que Dieu montre, par exemple :

• aimer sa famille, même quand elle nous déçoit
• respecter l’alliance et la parole donnée avec une totale intégrité
• ne pas exiger des autres ce que nous n’exigerions pas de nous-mêmes
• investir ce que Dieu nous a donné généreusement, en travaillant pour le bien des gens qui sont dans le besoin comme pour soi
• être conséquent avec l’hygiène nécessaire à la santé
• respecter le bien public plutôt que de le piller pour son propre intérêt
• ne pas utiliser l’argent de l’église ou d’une entreprise commune pour son usage privé
• ne pas agir sur la base de la corruption ou par fraude
• ne pas mélanger le recours à la puissance de Dieu par Christ avec les procédés de la magie et du fétichisme….

Le Saint-Esprit et l’Ecriture nous enseignent sur ces choses ! Si nous ne sommes pas sérieux et exacts dans ce que Dieu nous montre, la prière devient une abomination aux yeux du Seigneur (Prov. 28.9 ; Esaïe 1.10-17). La prière et la louange, les chants et les expressions de la foi ne sont pas destinés à nous déresponsabiliser ! C’est tout le contraire ! Le Seigneur répond à la prière et déverse son Esprit de vie sur ceux et celles qui se mettent à sa disposition pour agir selon l’enseignement de l’Ecriture compris dans l’Esprit de Jésus.

La tentation inverse : négliger la prière de foi
Bien qu’elle soit moins fréquente dans les milieux évangéliques, elle consiste à vouloir accomplir la volonté de Dieu sans prière ou presque, en comptant sur les astuces et les forces de l’homme. Il y a, certes, prise de responsabilité dans ce cas, mais le résultat tient plus à l’oeuvre humaine, limitée, charnelle, temporaire, qu’à l’oeuvre de l’Esprit. Cette façon de faire est peu soucieuse de glorifier Dieu, elle est centrée sur l’homme et peut donc dévier facilement du but initial. Cette action « horizontale » devient sèche, à la longue, juridique et lourde. Une telle pratique, sans prière véritable, a tendance à dégénérer en un « humanisme » idéologique et oppressant !

Il est donc nécessaire de tenir les deux faces de la révélation ensemble, comme les deux faces d’une pièce de monnaie. D’un côté, la proximité de Dieu, la foi, l’amour pour lui, l’adoration… et de l’autre : tirer les conséquences, prendre ses responsabilités en mettant en oeuvre les implications de la Loi de Dieu ! Et cela, toujours dans la grâce ! « Vous observerez et pratiquerez tout ceci car ce sera là votre sagesse et votre intelligence » et le potentiel contenu en Jésus le Messie sera libéré « aux yeux des peuples qui entendront parler de toutes ces lois et qui diront : cette grande nation (en l’occurrence l’Eglise dans ses diverses communautés) est un peuple absolument sage et intelligent ! » (Deut. 4.6).

Influencez votre nation de manière décisive !
Pourquoi cela ne se produirait-il pas dans votre nation ? Il suffi t de lire les 8 premiers chapitres du livre des Actes pour se rendre compte comment une petite communauté de départ (les quelques dizaines de disciples de la chambre haute) ont été la base d’action du Seigneur glorifi é pour bouleverser publiquement la Judée et la Samarie ! Au point que les autorités elles-mêmes disent : « vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement » (Actes 4.28) !

La puissance transformatrice de l’Evangile par le Saint-Esprit est descendue dans les rues de Jérusalem avec le témoignage des douze et des communautés de maisons… en attendant d’atteindre l’Empire Romain. Cette même vie nouvelle va ébranler cet empire dans sa résistance au Dieu véritable, par exemple au travers du rayonnement des communautés fondées par l’équipe missionnaire de Paul ! L’enseignement de ses lettres et de celles des autres apôtres est essentiel pour tirer de l’Ancien Testament ce qui va transformer nos façons de voir et changer peu à peu nos institutions sociales et culturelles.

Quand les principes du Royaume de Dieu, qu’on trouve dans l’Ancien Testament, sont activés par l’Esprit, dans la connaissance du Christ, alors, tous les espoirs sont permis ! Il est vrai qu’alors nous entrons en guerre avec l’empire des ténèbres qui résiste dans le monde (Jean 15.18-19 ; Mat. 10.22) ; Satan fera même croire, vers la fi n, que c’est lui qui gagne (2 Th. 2.7-10 ; 1 Jn. 2.18-19)… En réalité, c’est tout le contraire : Jésus a déjà remporté la victoire de Dieu dans l’homme et nous, ses disciples, nous la remporterons avec lui et .en lui (Col. 2.15 ; Apoc. 19.11-16).

Un exemple
Jésus est venu libérer les captifs et proclamer l’ère de la faveur du Seigneur, « l’année de grâce » d’Esaïe 61 (Luc 4.18-19) : Il y a là une claire allusion à l’année du Jubilé dont parle Lévitique 25 et aux années sabbatiques dont parlent aussi Exode 23 et Deutéronome 15 qui ordonnent :

• le repos de la terre et des gens tous les 7ans
• la remise périodique des dettes aux endettés sans espoir, contraints de toujours perdre
• la libération périodique des esclaves qui avaient dû se vendre à leurs créanciers pour subsister
• la restitution périodique des terres et des moyens de vivre pour permettre à ceux qui les avaient perdus de revivre et de redémarrer avec une nouvelle chance de réussite !

Voilà des principes qui font partie de la Parole de Dieu et qui sont révolutionnaires de l’intérieur. Ils définissent un état d’esprit qui devrait être celui qu’on reconnaît dans les églises ! Et quand les chrétiens sont assez nombreux dans une nation, ces principes, cet état d’esprit deviennent une source d’inspiration pour les responsables politiques eux-mêmes en vue de réformes salutaires ! En attendant l’avènement du Messie, nous pouvons déjà influencer le plus possible nos sociétés et les fertiliser par le fleuve de Dieu qui coule en nous ! Par exemple, dans la première moitié du XXe siècle, l’avocat indien Mahatma Gandhi a pratiqué plusieurs des enseignements de Jésus dans le Sermon sur la Montagne, notamment le combat non violent contre l’injustice qui se cache en tout homme. Or, sans être à proprement parlé un chrétien, il a été, par cette application de l’enseignement du Christ, à l’origine d’un immense mouvement national indien pacifique qui a conduit l’empire britannique à reconnaître son autorité morale et à accorder à l’Inde, en 1948, l’émancipation qu’elle réclamait. Il en a été de même avec le pasteur noir américain Martin Luther King en ce qui concerne l’abolition de la ségrégation raciale, avec mère Teresa dans les bas-fonds de Calcutta, avec l’abbé Pierre pour les sans-logis de France, etc. Un tout nouvel état d’esprit se répand comme un fleuve dans la solitude (Esaïe 43.20 ; 44.3) ! C’est l’héritage de l’Eglise !

Alors, adressons-nous à notre Père avec foi et amour et prenons activement nos responsabilités pour qu’advienne le projet glorieux de Dieu !


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés