Le Lien

N° 192 Janvier 1995

L’impact d’une église remplie du Saint-Esprit

Par Jean-Pierre Besse

L’heure est venue de considérer attentivement notre ÉGLISE-MÈRE! Je veux parler de l’Église de Jérusalem au 1er siècle qui fut pendant quelque temps entièrement israélite. Là sont nos racines spirituelles, à cause de Jésus (Rom. 11:17-18). Là, toutes les églises et communautés ont leur origine (Ps. 87:5). À quoi on pourrait ajouter l’église d’Antioche (Actes 11:19-30 et 13:1-4) et même celle d’Éphèse (Actes 19 et 20:13-38), les plus importantes bases ! missionnaires pour les nations dans le livre des Actes.

Mais revenons à Jérusalem. Relisons les premiers chapitres du livre des Actes des Apôtres. On est tout de suite frappé par la croissance et la puissance spirituelle de cette église, par l’amour des croyants entre eux, malgré les problèmes qu’ils étaient toutefois capables de résoudre (Actes 6:1-6). Mais avez-vous remarqué que presque tout ce que fait et vit cette église est PUBLIC? – Le changement survenu chez les croyants "fait du bruit" – les pèlerins et la population entendent "les merveilles de Dieu" – le message concernant le Crucifié - Ressuscité est porté dans la rue – la communauté des croyants est visible sur la place du Temple – le partage social frappe tout le monde – les malades sont guéris en pleine foule –, les baptêmes sont certainement donnés au grand jour (2:41) – on enferme les apôtres dans la prison publiquement (5:18) – les chrétiens se réunissent par groupes dans les maisons familiales (Actes 2:47; 5:42; 20:8 et 20).

Il est vrai qu’en temps de persécutions, ce côté public n’est plus guère possible; mais ce n’est pas un hasard si le livre des Actes est tout entier dans cette tonalité-là (voyez aussi le ministère de l’équipe apostolique de Paul dans la 2
e moitié du livre!). Le Seigneur veut certainement nous montrer par là que, tout comme le ministère de Jésus, les églises chrétiennes ne devraient être ignorées de personne, ne laisser personne indifférent, parce que leur vie et leur message sont au carrefour de la société, touchant les centres vitaux de la vie normale des gens (c’est cela que nous entendons par public, plutôt qu’en plein air).

Quelles sont les raisons d’un tel impact?

1. D’abord, il nous est dit qu’ils n’étaient
"qu’un cœur et qu’une âme" (Actes 32 mais aussi 2:44-46; 4:24; 5:12; 9:39; 11:29; etc.). En quoi consistait cette "unanimité", cette union d’esprit et de cœur qui est peut-être le caractère principal de cette église?

Il ne s’agit en tout cas pas de cette uniformité militaire et sectaire due à l’ascendant d’un leader dictateur! Mais, sous l’autorité des apôtres et des anciens, ils frémissaient pour les mêmes réalités: ils s’enthousiasmaient pour le Royaume de Dieu! Leurs pensées convergeaient vers le Seigneur quels que soient leurs faiblesses et défauts par ailleurs. Un intense courant de sympathie, dû à la puissance du Saint-Esprit, traversait les disciples. Ils avaient en commun la même joie et ils partageaient aussi leurs difficultés. Tout cela n’est possible que par l’amour surnaturel du Père qui les rendait solidaires comme les membres d’une famille heureuse, au point qu’ils ne supportaient pas de voir certains des leurs dans des besoins criants: le portefeuille lui-même était touché. La puissance fatale de l’argent se trouvait enfin mise en échec! "Personne n’a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous et son amour est parfait en nous" (1 Jean 4:12). Voilà l’Église!

2. Une autre raison est qu’ils
rendaient témoignage avec une grande puissance de la résurrection du Seigneur Jésus (4:33). Tel était l’essentiel de leur évangélisation: celui qu’ils avaient voulu tenir hors de leur existence, en allant jusqu’à le mettre à mort, était maintenant bel et bien vivant! Et beaucoup de gens acceptaient ce message fou… pourquoi? Parce que le style de vie de ces chrétiens unis, cette révolution d’amour, rendaient leur message crédible ("leur Jésus doit bien être vivant!"). C’est pourquoi "une grande grâce était à l’œuvre chez eux tous" (4:33; 2:47). Pas étonnant! C’est ainsi que des guérisons, des délivrances, toutes sortes de signes attiraient des foules sans cela restées peut-être indifférentes. Même si les miracles étaient surtout le fait des apôtres qui enseignaient la Parole, il y avait derrière eux et avec eux 5000 membres (4:4) qui priaient.

Finalement, il émane une telle force de vie de cette communauté que les pouvoirs politiques et religieux eux-mêmes finissent par être alertés. Les autorités publiques sont confrontées à Jésus-Christ glorifié et mises en demeure de prendre position elles aussi (4:1-22; 5:17-42).

Voilà le portrait de notre Église-mère!
 
Que faire de ce témoignage de l’Écriture?
Quelque chose brûle-t-il dans notre cœur à cette évocation? N’y résistons pas mais attachons-nous à ce saint désir de voir les églises d’aujourd’hui retrouver le même "niveau de vie". Ne disons pas que c’est impossible! Ce que notre Seigneur a fait au début, Il veut le faire à la fin (Joël 2:23, 27-32 ou 3:1-5) mais cette fois à l’échelle planétaire puisque maintenant le Peuple de Dieu est présent à peu près partout, même si c’est en petit nombre.

Il est évident que la réalisation nécessitera une mobilisation de prière de tout ce qu’on appelle "Église" stimulée par l’urgence des temps, car l’obéissance de la foi hâte les temps. D’autre part, il ne s’agit pas de copier les œuvres de l’église de Jérusalem, car aujourd’hui le Père a préparé d’autres œuvres adaptées aux cultures de ce temps. Il ne s’agit surtout pas non plus de faire de cette vision un idéal psychique et donc légaliste et tuant!

Il s’agit bien plutôt de laisser le SEIGNEUR élever le niveau de SA VIE dans SON Corps qu’est l’Église! C’est bien différent parce que c’est SON Œuvre. Et l’agent de cette œuvre ne peut être que le SAINT-ESPRIT qui vient du PÈRE, JÉSUS lui-même étant le Chef de construction selon le plan qui se dégage du Nouveau Testament (pour cela, les ministères apostoliques et prophétiques devront être reconnus). L’important est que les chrétiens retrouvent la même autorité spirituelle (à ne pas confondre avec le pouvoir) et les mêmes fruits spirituels.
 
Pour atteindre ce but
Voici une
démarche que je vous propose:

1. Demander, recevoir et
cultiver la vie de l’Esprit saint dans sa plénitude et en permanence, selon les promesses prophétiques et dans la sécurité du Père. L’événement de la Pentecôte et ses effusions subséquentes sont évidemment la clé qui libère le potentiel céleste.

2.
Persévérer dans la prière de repentance et de foi pour que se réalise cette promesse et jusqu’à ce qu’elle se réalise (Luc 18:1-8)!

- une prière centrée non sur nous-mêmes mais sur le Seigneur et sa Parole

- une prière précise dans son objectif en vue d’exaucements précis

- une prière insistante dans la foi que le Seigneur veut et va répondre

- une prière personnelle aussi bien que communautaire.

3. Que ceux en qui brûle cette conviction
forment ou se joignent à quelques disciples partageant la même vie et la même vision pour démultiplier cette réalité dans l’Église (Mat. 18:19-20).

4.
Opérer un "retournement de la pratique" dans l’église locale:
- il faut passer d’une église centrée sur son fonctionnement interne (bâtiments, programmes centraux coûteux, ministères professionnels à tout faire et super performants) comme si le champ de mission était à l’intérieur…

- à une église centrée sur les gens et les milieux à atteindre pour que le Règne de Dieu s’y étende; que la priorité devienne les relations de chaque membre avec son environnement naturel (parenté, voisinage, milieu professionnel) ou avec tel ou tel secteur non atteint de la société. La communauté locale, conduite par une équipe "pluri-ministérielle", est alors perçue comme base d’action et de rayonnement missionnaire en même temps qu’un rassemblement d’adoration, de formation et d’amour.

5. Une telle perspective nécessite
une décentralisation de la vie ecclésiale dans des groupes ou cellules de maisons, de quartiers, de milieux professionnels, avec des responsables qualifiés et ayant la vision de la croissance des cellules, structure de base des communautés locales (Rom. 16:15; 1 Cor. 16:29; Col. 4:15; Philemon 2).

6. Veiller à la
qualité des relations dans ces cellules comme dans l’église ("un cœur et une âme", cœur à cœur!)… et même avec l’entourage immédiat. Les gens déboussolés de notre civilisation émiettée ont un intense besoin de relations fortement personnalisées.

7. Nous attendre à voir le Seigneur accorder
des manifestations de sa puissance pour attester sa Parole et montrer sa bienveillance envers les hommes, les restaurer dans leur identité (Actes 4:30, 6:8; Héb. 2:3-4).

8. Discerner les œuvres que le Père a préparées d’avance pour que nous les pratiquions dans notre génération (Eph. 2:610)! Les gens s’intéresseront à nouveau à notre message quand ils pourront associer l’Église non plus à la simple
gestion de la mort et des rites de passage, ni à une sous-culture chrétienne en cercle fermé, mais à la transformation de leur existence personnelle et collective. Il y aurait des suggestions à faire, mais la place nous manque dans cet article.

Le Seigneur
vous appelle-t-il à entreprendre cette longue marche d’une église fondée sur le Christ de la Bible, remplie de l’Esprit et qui retrouve son impact public par les œuvres de la grâce? Alors, parlez-en à votre groupe et ensemble à l’oeuvre!


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés