Le Lien

N° 088 Janvier 1969

Qu’est-ce qu’une cellule de prière

Par Claude de Haller & G. W.-T.

Comment la créer?
La cellule de prière n’est pas une invention humaine. Elle est une création de Dieu. L’Évangile l’atteste (Mat. 18:19-20): "Si deux d’entre vous s’accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux. Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux." Cette déclaration comprend
deux promesses: celle de la présence du Seigneur, là où deux ou trois sont assemblés; et celle de l’exaucement, s’ils s’accordent pour demander quoi que ce soit. Bien sûr, ces promesses sont aussi données à la prière individuelle (Mat. 6:6). Mais des grâces particulières sont attachées à la prière en commun:

1. Certains ennemis invisibles n’osent plus se présenter: seul, vous avez parfois de la difficulté à vous concentrer. Des pensées étrangères surviennent. Vous commencez à prier, puis votre esprit, presque à votre insu, se met à vagabonder. À deux ou trois, les risques de distraction sont réduits.

2. Les requêtes perdent ce qu’elles peuvent avoir d’égoïste; on prie plus facilement en conformité avec la volonté de Dieu.

3. La prière étant un combat (celui de la foi), l’union fait ici la force.

4. Quand l’exaucement se manifeste, le danger est moindre de s’en attribuer la gloire. On ne pourra pas dire: c’est à
moi que cette grâce a été accordée; on dira c’est à nous, Dieu étant ainsi manifestement mieux glorifié.

Les
joies de la prière en commun sont grandes:

– Joie de faire la découverte de l’"autre", et d’expérimenter plus profondément la réalité de la communion des saints; réconfort de découvrir qu’on n’est pas seul avec ses problèmes, ses incapacités, ses difficultés, ses faiblesses, etc.

– Joie de s’entraider, de porter les fardeaux les uns des autres.

– Joie de recevoir l’exaucement, d’en rendre grâces en commun, selon cette parole du Christ: demandez, et vous recevrez, afin que votre joie soit parfaite.

- Joie d’être ensemble ouvriers avec Dieu, d’accomplir ensemble des œuvres éternelles, par l’Esprit Saint agissant en nous et par nous.

 
Mais comment créer une cellule de prière?
Elle ne se décrète pas. C’est Dieu qui la fait naître. Il nous en donnera lui-même les éléments, si nous le demandons, puisqu’il a formulé une promesse attachée à la prière de deux ou trois de ses disciples, assemblés en son nom. Demandez-lui donc, dans votre culte personnel, de vous donner un collaborateur. Puisque c’est Dieu qui le mettra sur votre chemin, vous vous découvrirez en sympathie spirituelle avec lui et l’intimité s’établira. Vous aurez, par exemple, une rencontre hebdomadaire ou bimensuelle, à l’heure qui vous conviendra. Plus tard, vous pourrez demander qu’une troisième, une quatrième, une cinquième personne vienne se joindre au petit groupe, guère plus.

Comme vous devez vous accorder sur les requêtes à présenter à Dieu, il sera nécessaire, tout d’abord, d’arrêter les sujets, avec précision. (Par exemple la solution des problèmes des participants, la constitution d’autres cellules de prière, les amis à amener à Christ, les malades, l’évangélisation à entreprendre, etc.)
 
Voici enfin le signalement de certains dangers que court la cellule de prière:

1. La routine.

2. La lassitude, le manque de persévérance.

3. Des divergences de vue non surmontées dans l’humilité et par la charité, allant, de fil en aiguille, jusqu’au désaccord.

4. Des conflits d’autorité (au cas où, par exemple, un membre prétendrait tout diriger).

5. Le manque d’hygiène spirituelle entre les membres, amenant le trouble de la communion, la perte de la confiance réciproque (par exemple si l’un est répréhensible et que les autres, quoique troublés ne lui disent rien; ou si l’un a trahi un secret confié à la cellule et qu’il n’y ait pas eu de demande de pardon, de regret exprimé; etc.).

Assurément, Satan fera tout son possible pour entraver l’action de la cellule et l’anéantir, car elle constitue une tête de pont dans son royaume. Seule la foi à la promesse de Dieu, cette foi qui a permis la création de la cellule, peut la maintenir, ou la faire renaître de ses cendres.
 
La cellule de prière
La Parole de notre Seigneur:
"Là où deux ou trois sont assemblés en mon Nom, je suis au milieu d’eux" (Matthieu 18:20), est une promesse faite aux croyants qui s’unissent pour prier en petits groupes de deux ou trois. La tâche confiée à une cellule de prière ne peut être accomplie ni par une grande réunion de prière, ni par un croyant isolé, elle a une situation intermédiaire entre la prière dans le secret et la prière de la communauté, car la prière en petit groupe suppose déjà la prière de l’individu et demeure indispensable pour préparer une grande réunion de prière.

On pourrait comparer le rôle de la cellule de prière dans l’Église à celui de la famille dans la société. En effet dans la
famille, plusieurs individus se trouvent associés pour une vie commune, la cellule qu’ils forment est à son tour la base de la société humaine. Personne ne songerait à contester l’importance de la famille pour l’individu autant que pour la société. Mais tout aussi importante pour l’Église est la fonction de la cellule de prière.

La cellule concentre la vie de prière de quelques croyants. Ensemble ils apportent au Seigneur leurs soucis, leurs préoccupations, leurs difficultés, les décisions qu’ils ont à prendre. C’est pourquoi une cellule de prière – à cause de l’intimité qu’elle implique – ne peut vraiment unir qu’un petit nombre de membres, deux ou trois, tout au plus cinq ou six. S’il s’en trouve davantage, il faudra alors fractionner la cellule pour en former plusieurs nouvelles.

De même que les enfants, dans la famille, sont à la fois
éduqués et protégés par elle, de même les enfants de Dieu, nés à la vie nouvelle, trouveront dans la cellule de prière l’aide et les instructions nécessaires à leur développement.

Est-il étonnant que bon nombre des nouveaux convertis de nos campagnes d’évangélisation retombent quand ils ne trouvent pas un "foyer" spirituel où ils peuvent apprendre à prier, où ils se trouveront soutenus et encouragés dans leurs premiers pas? C’est la cellule de prière qui offrira ce foyer au débutant.

Dans l’intimité de ce petit cercle toujours plus fraternel, dans une atmosphère de confiance, il apprendra à prier, à vaincre sa timidité, il se risquera bientôt à formuler ses propres demandes et ses actions de grâces; il y recevra des conseils pour ses difficultés intérieures et, s’il est nécessaire, des exhortations et des avertissements; il sera surtout initié au service auquel il est destiné en qualité de chrétien:
l’intercession. Devant lui s’ouvriront peu à peu les horizons infinis du Royaume de Dieu, il découvrira l’œuvre qui lui est demandée comme membre de ce Royaume.

Car, en définitive, le but suprême de la cellule de prière est
l’intercession; tout le reste, à vrai dire, n’est qu’une préparation, par laquelle l’individu est d’abord libéré de ses difficultés personnelles, par laquelle ensuite il discerne la tâche confiée à l’Église de Jésus-Christ sur la terre, afin que le Seigneur puisse, finalement, l’utiliser comme intercesseur et lui mettre sur le cœur ses propres fardeaux.

La cellule de prière doit devenir un élément dynamique, un foyer d’énergie pour soutenir le service de l’Évangile, le travail de l’Église, la mission en terre lointaine, la prédication hebdomadaire, l’organisation des campagnes d’évangélisation et les conventions.
Aujourd’hui plus que jamais, la cellule de prière a devant elle, une tâche immense, car le journal lui offre chaque jour une riche moisson de sujets d’intercession en faveur de tous les peuples et de toutes les détresses.

Que le Seigneur suscite dans chaque Église des centaines et même des milliers de cellules de prière. Ne pourrais-tu pas, toi aussi, en fonder une? Demande au Seigneur de t’indiquer les noms de ceux qui en feront partie.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés