ANCIENS NUMEROS


N°230
Juillet 2004


176 KB


N°229
Avril 2004


176 KB


N°228
Janvier 2004


287 KB


N°227
Octobre 2003


237 KB


N°226
Juillet 2003


380 KB


N°225
Avril 2003, Spécial 50 ans
418 KB



 

 

LE CONTENU DU DERNIER JOURNAL

N° 231 - Avril-juin 2004

Les textes disponibles sur cette page, présentent les principaux articles du dernier journal. Pour visionner la version complête et en couleur, cliquer sur l'icone ci-dessous:


Version PDF complète en couleur (180 KB)

Nécessite le module de lecture d'Acrobat Reader



EDITORIAL

Les années se suivent… et se ressemblent ! Guerres, enlèvements, famines, droits de l’homme bafoués, l’année 2004 n’aura pas dérogé à la règle ! Et les chrétiens ne sont pas épargnés, au premier rang desquels, nos lecteurs africains, très nombreux à recevoir et à lire le Lien de prière. Cette réalité ne devrait pas surprendre les croyants que nous sommes. La Parole de Dieu est claire ; l’ivraie et le bon grain croissent de pair, et il serait illusoire de vouloir arracher l’une sans abîmer irrémédiablement l’autre1.

Toutefois, nous ne devons pas céder au découragement. En son temps, le prophète Jérémie a dû, lui aussi, vivre avec son lot de misères, de péchés et d’apostasie, au point de regretter le jour de sa naissance2. Pour autant, il n’a pas tout laissé tomber ; pour preuve, ces paroles d’espérance qui, aujourd’hui encore, sont un réconfort pour beaucoup : « Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin… »3

C’est pourquoi, toute l’équipe du Lien vous encourage, une nouvelle fois , à faire route avec elle, en réglant votre abonnement pour l’année qui vient, et en priant pour sa diffusion et son impact. Votre solidarité nous permettra de l’offrir gracieusement, une année encore, à des frères et des soeurs en Christ, infiniment moins privilégiés que nous. D’avance, et en leur nom, nous vous en remercions sincèrement !

Philippe Maeder

1 Mat. 13 : 24 ; 2 Jér. 20:14 ; 3 Lament.,3 : 22


LA SEXUALITE, UN PROJET DE VIE!

Par Guy Chautem

 

À l’heure où Dieu crée, à son image, Adam et Ève (Genèse 2 : 26-27), Il leur fait cadeau de la sexualité. Ainsi, à leur tour, homme et femme, ils pourront transmettre, de génération en génération, l’image de Dieu et y trouver du plaisir. Quel honneur ! Pas étonnant que l’ennemi, après la chute de l’homme, envoie ses armées d’esprits impurs, afin de conduire l’humanité à pervertir ce don, ce chefd'oeuvre, capable de transmettre l’image même du Créateur en concevant la famille. Pas étonnant non plus que le Fils de Dieu déloge, partout où il les rencontre, ces esprits impurs ; pas étonnant encore que ses disciples soient revêtus de son autorité pour en faire autant. Ainsi s’accomplit la prophétie de Genèse 3 : 15 : Un jour viendra où la postérité de la femme, en la personne de Jésus, écrasera la tête du serpent. A l’heure de la Croix, la défaite du diable a été prononcée par l’obéissance sans faille du Fils. Nous arrivons bientôt à la fin de l’Histoire et les armées d’anges s’apprêtent à proclamer sa défaite éternelle. Entre ces deux venues du Christ, l’Église militante est appelée à reprendre les terrains usurpés et volés par l’ennemi.

 

Ainsi s’accomplit aussi la promesse donnée à Josué et qui vaut pour nous : «Tout lieu que foulera la plante de tes pieds, je te le donne »(Jos:1:3). Et s’il est un territoire — à côté de celui de l’argent-Mammon — où nous devons mener le combat, il s’agit bien de celui de la sexualité !

Le rejet des valeurs judéo-chrétiennes !
En Occident, depuis la fin des années 60, les divorces se multiplient, la cohabitation se généralise, l’homosexualité prend dans tous les pays ses quartiers officiels, la pornographie via Internet entre dans de nombreux foyers (et l’Afrique est en train de prendre le même chemin…). Qu’il en soit ainsi dans le monde qui ne connaît pas Dieu ne nous surprendra pas, mais que l’Église soit, elle aussi, atteinte par cette « lèpre» doit nous choquer, nous jeter à terre dans une prière de supplication : Seigneur, éclaire-nous et donne-nous de reconquérir ces terrains qui t’appartiennent !

La stratégie de l’ennemi !
Comment l’ennemi s’y est-il pris pour faire passer, en 40 ans, les divorces de 10% à presque 50 % dans la majorité des pays occidentaux ? Comment a-t-il fait pour déclencher la même augmentation concernant les taux de cohabitation et de naissances hors mariage ? Nous ne prétendons pas cerner tous les aspects de sa stratégie et nous ne voulons pas aborder les questions liées à l’individualisme galopant de nos sociétés ainsi qu’ à la multiplication des moyens anticonceptionnels. Nous mettrons l’accent sur le point principal : l’attaque en bonne et due forme des commandements de Dieu tels que nous les découvrons dans l’Ecriture, la subtile mise en doute de la Parole du Créateur : « Dieu a-t-il vraiment dit?»(Genèse 3 : 1).

— Penser faux fera agir faux !
Ce n’est pas pour rien que Paul invite les Romains à travailler au renouvellement de l’intelligence (Ro. 12 : 2) : lorsque toute une société pense et réfléchit de façon insensée, bien fou apparaît celui qui tiendra un autre langage. Et les fous de cette sorte seront rapidement mis hors d’état de parler. Ils seront accusés d’être dans le «socialement incorrect» !

Des «peaux de bananes» qui font glisser… et tomber !
1er piège — Paul écrivant aux Corinthiens (1 Cor. 6 : 13) avertit les jeunes chrétiens ! La « peau de banane » que jette l’ennemi sous vos pas, la voici : il vous fait croire que la sexualité est un simple besoin physiologique qu’il est impératif de satisfaire (au risque de tomber malade par exemple) ! Ainsi, la sexualité réduite à une fonction animale, il devient normal qu’on « couche » comme on mange et que l’on jette les restes !

2e piège — Dans le même passage ; Paul signale une deuxième tromperie : la liberté chrétienne telle qu’il l’a souvent prêchée (suppression des jours sacrés et profanes, des interdits alimentaires, des tabous frappant le monde créé, (relisez Colossiens 2 : 16 ss) ne peut justement pas s’appliquer aux relations sexuelles car celles-ci créent un lien d’une profondeur telle que toute la vie spirituelle s’en trouve affectée. C’est pourquoi Paul nous avertit (1 Cor. 6 : 12, 16, 18) : votre liberté chrétienne est grande certes, cependant, si « tout vous est permis », « ne vous laissez asservir par rien »… Attention, « celui qui s’unit à une prostituée devient une seule chair avec elle»… « fuyez les unions illégitimes. »

Une première question posée par de nombreux chrétiens
Ce que Paul déclare me concerne-t-il vraiment ? Certes je ne suis pas marié, mais j’aime mon ami(e) ! Qu’est-ce qui empêche donc que je couche avec elle (lui) ? Vous n’allez pas dire que je vis dans « l’impudicité » — autre traduction pour « une union illégitime » ? Lisez alors le chapitre 7 v. 9 de la même épître : «Toutefois, s’ils ne peuvent pas se maîtriser en ce domaine, qu’ils se marient, car mieux vaut se marier que de se consumer en désirs insatisfaits. »Y a-t-il enseignement plus simple et plus clair ?

Voulez-vous un exemple d’un tel style de vie, lisez alors Matthieu1 : 18 ss.

Joseph et Marie sont fiancés mais ils n’ont pas vécu ensemble. Jésus est vraiment né « de la vierge Marie » comme le déclare une des plus vieilles confessions de foi. Le mystère de l’incarnation ne pouvait s’accomplir que dans un couple respectant le commandement de Dieu. Le cadre du mariage est bien celui d’une alliance publique, prononcée devant les hommes et devant le monde invisible. C’est dans ce cadre seulement que toute vie sexuelle peut commencer et s’épanouir. Là, et là seulement, Dieu accorde sa bénédiction.

L’alliance du mariage comprend donc un engagement public définitif et l’Église l’a bien compris, il suffit de relire les promesses de bénédiction des liturgies d’Église, en particulier les mots de conclusion : «vous vous promettez fidélité jusqu’à ce que la mort vous sépare» !

Une deuxième question souvent posée.
« Dieu peut-il alors nous bénir si nous avons commencé par cohabiter avant de nous décider à nous marier ? » Oui, bien sûr, il le fera pour tous ceux qui sauront reconnaître qu’ils ont pour un temps ignoré ou douté de la Parole de Dieu… qu’ils ne l’ont pas prise au sérieux.

Le fait de reconnaître que nous nous sommes trompés et que nous avons été piégés ou séduits par l’ennemi nous conduira à entendre de manière toute nouvelle la Parole du Dieu qui a fait alliance avec nous. Mais il faudra peut-être bénéficier de soins curatifs car ceux qui ont vécu en dehors de l’Alliance divine et de l’obéissance à laquelle elle nous appelle sont parfois en bien mauvais état : « De la plante des pieds jusqu’à la tête rien n’est en bon état : ce ne sont que blessures, contusions et plaies vives qui n’ont été ni nettoyées, ni bandées, ni soignées avec de l’huile. »(Esaïe 1 : 6).

 

Vers la libération
Le chemin vers une vraie liberté comprend des étapes que nous devons respecter. Nous allons en décrire les plus importantes:

1.— «Je renonce à Satan et à ses oeuvres ». Dans un des plus vieux textes de baptême, le catéchumène au terme d’un enseignement de quarante jours, fait cette déclaration avant d’être immergé. Cet acte est capital. L’ennemi ne lâchera prise que si nous ne lui donnons plus la main, même pas le petit doigt. Ainsi, lors d’innombrables entretiens nous avons pu constater l’importance de mettre des mots très clairs sur les choses auxquelles nous renonçons : adultère, pornographie, rêves érotiques, fantasmes, pratiques obsessionnelles, homosexualité, etc. Dans la plupart des couples, Dieu, dans sa sagesse, permet que nous soyons facilement éclairés sur les choses auxquelles nous devons renoncer. Cet éclairage nous est fourni par le conjoint à l’heure où celui-ci ou celle-là ne se sent pas heureux et épanoui par notre manière de vivre les relations sexuelles.

2.— « Seigneur, tu as entendu, et Satan aussi a entendu. Étends ta main puissante et lie-le !»
ainsi continue l’ancien texte d’Hyppolite de Rome ! La plupart du temps nous avons besoin d’un acte de libération opéré par tel ou tel membre de l’Église revêtu de l’autorité de Jésus. Ce qui signifie qu’il nous faudra prendre notre courage à deux mains pour partager avec cet ancien ou ce pasteur ce qui nous fait souffrir. La recommandation que nous donnons dans cette matière, c’est que notre confession ait lieu pour une femme en la présence d’une autre femme, pour un homme en présence d’un autre homme ; ceci pour autant que ces derniers soient reconnus par la communauté pour exercer un tel ministère. D’une part, on évite ainsi tout risque d’une écoute plus ou moins complaisante ; d’autre part, l’on permet à Dieu d’entreprendre une vraie libération au pied de la Croix où l’ennemi est déjà vaincu.

3.— « Répands l’onction sainte de ton Esprit !
Et que les démons et les puissances des ténèbres soient chassés par le nom du Seigneur Jésus », voilà la suite de cette prière pour le baptisé ! Jésus lui-même enseigne que nous sommes comme une maison qui doit être balayée et mise au propre pour recevoir Dieu lui-même dans la personne de son Esprit. L’Esprit Saint, et lui seul, opérera les nettoyages et la purification dont nous avons besoin. Voilà pourquoi Paul déclare que nous avons à recevoir de la personne même de Dieu soit le charisme du mariage, soit celui du célibat (1Cor 7 : 7).

Le charisme est lié à la venue de l’Esprit que nous devons accueillir dans toutes les parties de notre personne. Et jusque dans les profondeurs de notre sexualité.

 

Quitter, s’attacher, devenir une seule chair
Voilà trois étapes que les couples doivent « reparcourir » tout au long de leur vie.

Ainsi l’Esprit Saint veut nous faire découvrir le chemin d’une vie qui se guérit et se redresse dans la communion du Christ Jésus et du Père Créateur.

A l’heure où Dieu crée le couple, Il donne un ordre qui concerne d’abord l’homme :

« Celui-ci quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair » (Genèse 2 : 24).

Bien des couples ont de la peine à vivre une vie conjugale épanouie parce qu’ils n’ont pas pris en compte ces trois étapes. La plupart de nos contemporains passent aisément par-dessus les deux premières et en viennent très rapidement à la dernière. Ces mêmes personnes connaissent alors d’innombrables déboires dans leur vie de couple.

Quitter !
Comme Abraham doit rompre les attaches qui le lient à son Père Térach et certainement aussi à sa mère, pour aller vers la Terre Promise, ainsi mari et femme vont eux aussi au-devant d’une terre promise. La vie du couple ne sera ni à l’image de la famille de Monsieur, ni de celle de Madame… la « terre promise » du mariage devra être conquise, inventée, créée. Nous pouvons dire qu’il n’y aura pas de couples heureux sans cette recherche d’une identité nouvelle, d’habitudes nouvelles (jusque dans la cuisine !), de manières de vivre nouvelles… Bien sûr il y aura dans cette nouvelle création les apports de l’un et de l’autre, mais jamais uniquement le style de vie de Madame ou celui de Monsieur.

Plus important : il n’y aura pas de couple vraiment heureux sans que celui-ci ne réponde pleinement à l’appel particulier que Dieu lui adresse : nous avons à consulter Dieu en tout domaine avec confiance : enfants, travail, lieu d’habitation, entente, amis, voisins, église… Nous n’avons rien à imposer à l’autre mais à rechercher ensemble et à nous reposer en Dieu.

Notons encore 3 points :
• Les époux ne peuvent bien quitter leurs parents que dans la mesure où ils se sont bien entendus avec eux. Dans le cas de mésententes, il faudra apprendre à pardonnerà son père ou à sa mère.

• Quitter ne veut pas dire : laisser de côté les conseils des aînés, mais élargir le cercle de ses références !

• Enfin « quitter » n’est pas synonyme de « ne plus prendre soin de nos vieux parents », mais devenir soi-même directement responsable de sa famille devant le Seigneur.

S’attacher !
En général (pas toujours !) les épouses se plaignent de manquer de moments d’amitié avec leur conjoint. S’attacher c’est grandir en amitié ! Jésus dit : « Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle mes amis parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. »(Jean 15 : 15). Quelle belle définition de l’amitié ! Pratiquer l’attachement dans le couple, c’est partager les joies et les peines, et c’est aussi partager la vie spirituelle, dire ce que l’on vit avec Dieu, ce que l’on reçoit de Lui.

Devenir une seule chair
Pour parler de la vie sexuelle, la Bible emploie le verbe connaître. Adam connut Eve ! C’est aussi le même verbe hébreu qui est utilisé pour parler de la connaissance que nous avons de Dieu. La vie sexuelle arrive au terme d’un chemin de communication ; ce devrait être une manière de « sceller » un acte de connaissance de l’autre.

Malheureux, ceux qui ne vivent pas les deux premières et indispensables étapes : ils sont voués tôt ou tard à être déçus : ce qu’ils pensaient être un sommet ne sera qu’une vallée et parfois un abîme… d’incompréhension. Et pour cause.

En conclusion
Ne devient-il pas urgent de mener une prière de combat pour que nos Églises deviennent des lieux où les chrétiens ne pensent plus de travers mais reviennent à la Parole de Dieu ?

Ne devient-il pas urgent aussi d’offrir une prière ferme et inspirée par la Parole de Dieu à tous ceux qui ont perdu le terrain des promesses ? Ne devons-nous pas, avec ceux qui se sont égarés et qui ont souffert des attaques du diviseur, travailler à reconquérir le pays promis !

Pour des informations sur le couple et la famille consulter le site:

http://www.oikos-famille.com


Le Dieu des blancs ? Le Dieu des noirs ?
ou le Dieu de Jésus-Christ?

Par Jean-Pierre Besse

A la rédaction du Lien, nous avons reçu de la Rép. Dém. du Congo le courrier suivant qui a suscité une réflexion que nous partageons avec vous. Voici le message qui nous est parvenu (nous avons supprimé les noms des personnes et raccourci le début)

«Je suis un lecteur du Lien depuis plusieurs années… Je travaille dans la fonction publique… J’ai participé au séminaire de formation CONFOR 2004 (auquel 2 membres de la rédaction du Lien participaient, voir encadré p 8) qui s’est tenu à Kinshasa et Kikwit dans la première quinzaine de juillet. J’ai un jeune frère qui s’est converti au Seigneur en 1996. Il a servi le Seigneur Jésus- Christ dans une assemblée. Malheureusement, au début de l’année, il a renié la foi car il est entré dans une secte […] qui se veut « église des Noirs » et qui prétend que Jésus est le Sauveur de la race Blanche, que le christianisme est à la base de la misère des Noirs ; que les Noirs doivent adorer le dieu des Noirs […] et qu’un prophète congolais […] est le sauveur des Noirs. Veuillez me soutenir dans l’intercession pour sa conversion, faites part de cette information à toutes les cellules de prière qui collaborent avec le LIEN. Salutations fraternelles en Christ ».

Cher ami, nous espérons que beaucoup de lecteurs vont prier pour que Dieu ouvre les yeux spirituels de votre frère qui, heureusement, vous tient à coeur. Votre frère a dû se laisser entraîner par des adeptes de la secte dont vous parlez et dont nous avons aussi entendu parler lors de notre séjour en RDC. Les esprits de séduction sont une des armes favorites de Satan pour essayer d’égarer ceux et celles qui ne demeurent pas constamment dans l’amour de la vérité et du Dieu Véritable (1 Jean 5 : 20-21 et 2 Thess. 2 : 9-11 ; 2 Chroniques 18 : 22). Nous développons ce qui suit pour l’utilité de l’ensemble des lecteurs du Lien.

Remonter l’Histoire, considérer la géographie!
Que penser de l’affirmation de cette secte disant que Jésus est « le Sauveur de la race Blanche » et pas des Noirs… Elle ne repose sur aucune base réelle. En effet, Jésus n’était pas « un Blanc » européen (et à plus forte raison pas américain) et la foi chrétienne n’est pas née dans le monde « occidental », c’est-àdire blanc. (Ni non plus chez les « Jaunes » d’Extrême Orient, par exemple). Jésus est issu d’Israël, un peuple du Proche Orient que Dieu avait délivré de l’esclavage subi un temps dans l’Egypte antique, pour l’établir en Canaan. Cette « terre promise » se trouve assez exactement à la charnière entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe.

Jésus est né d’une mère juive et sémite. Il était probablement, comme la majorité des gens de cette région à l’époque, avec un teint basané, des cheveux foncés et des yeux bruns. Notez que la Bible ne nous donne aucune description de Jésus afin que personne n’adore ni ne privilégie un type humain plutôt que le Dieu dont Jésus est issu ; il n’empêche que son peuple avait des traits et le caractère des ethnies sémitiques du Moyen Orient.

Si Jésus n’a donc pas été un Blanc (au sens occidental) ni un Noir, il est vrai, ni un «Jaune », ni un Amérindien, c’est que Dieu a choisi d’incarner sa Parole dans le peuple d’Israël ! C’est le choix de Dieu, préparé depuis les 1 800 ou 2 000 ans qui ont précédé Jésus et cela, dans le milieu d’origine de ce petit peuple.

Qui sommes-nous pour discuter le choix de Dieu ?…

Et le christianisme — ou plutôt le Règne de Dieu — a débuté à Jérusalem et dans les « pays bibliques » du Proche Orient.. Il est vrai que beaucoup de Blancs ont reçu l’Evangile pendant plusieurs siècles et ont apporté cette Bonne Nouvelle en Afrique dans les temps modernes. Mais les Blancs ont d’abord été des païens et des animistes (beaucoup le sont encore). Et eux-mêmes ont reçu l’Evangile des anciens missionnaires venus d’Orient et plus anciennement encore de Judée et de Galilée ! Autre élément important : la foi biblique s’est implantée en Afrique dès les premiers siècles chrétiens, probablement à la suite du témoignage d’un ministre de la reine d’Ethiopie, lui-même un Noir. Vous trouvez cela dans le chapitre 8 du livre des Actes des Apôtres (v. 26-39). Les chrétiens Ethiopiens et Egyptiens (Coptes) font remonter l’Eglise dans leur pays à cette origine-là. Et à cette époque, l’Evangile de Jésus-Christ s’est fait connaître à la moitié de l’Asie, un monde non occidental donc. Vouloir un type d’Eglise spécifiquement «Black », c’est du racisme spirituel, tout comme certains courants Blancs du passé l’ont aussi pratiqué en sens inverse (voyez le Ku-Klux-Klan en Amérique actuellement, associé à certains mouvements Skin Head).

Jésus est venu pour tous les hommes, même si pendant ses jours terrestres, il a limité son champ d’action à Israël et ses environs. Maintenant, « élevé à la droite de Dieu le Père », il assiste par le Saint-Esprit ses témoins qui oeuvrent pour tous les hommes «de tout peuple, de toute race, de toute langue et de toute tribu », comme le dit l’Apocalypse (7 : 9). En Christ il n’y a plus ni Juifs ni Grecs, ni esclaves ni hommes libres, ni Barbares ni Scythes… l’apôtre aurait pu ajouter « ni Noirs ni Blancs » (Galates 3 : 28- 29 ; Colossiens 3 : 11) !

Connaître Jésus dans sa réalité cachée !
Que serait Dieu s’il était morcelé en plusieurs dieux : celui des Blancs, celui des Noirs, celui des Indiens, celui des Chinois, etc.. Ils se feraient la guerre parce qu’ils seraient à l’image des hommes. Non, Dieu n’est pas ce dieu-là, auquel la lettre cidessus fait allusion (M… W…). Le Dieu d’Israël, le Dieu de la Bible, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob est le Dieu UN, le seul Dieu ! Jésus-Christ est son premier-né, engendré comme Fils de toute éternité. « Il est l’aîné d’une multitude de frères » et de soeurs (Rom.8.29). Il est « le dernier Adam » (1 Cor.15 : 22 et 45), et tous ceux qui sont nés de cet Adam-là sont frères et soeurs réconciliés dans l’amour parce qu’il s’est livré lui-même pour eux ! Prétendre exalter un autre dieu, c’est revenir en arrière et retomber dans la confusion et la mort ! De même se réclamer d’un serviteur de Dieu (même remarquable), et en faire un «sauveur — médiateur », c’est surtout rendre vaine la venue du « Fils de l’Homme », mais c’est aussi déshonorer le prophète lui-même ! Qui parmi les hommes : — a vécu la vie sainte de Dieu ? — a donné sa vie pour le salut des pécheurs que nous sommes tous ? — lequel est ressuscité des morts sans l’intervention d’aucun autre homme et pour ne plus mourir une seconde fois ?… Personne sinon Jésus ! Ces faits font de Jésus l’unique Médiateur du seul vrai Dieu, l’unique Sauveur de tous ! Et seul il dispense le Saint-Esprit. Tout le reste est du nationalisme et de l’idolâtrie !

Une bénédiction pour les nations, à condition que…
Enfin, prétendre que « le christianisme est à la base de la misère des Noirs », c’est un contresens. Les malheurs de l’Afrique,comme des autres parties du monde, proviennent de tout ce que les humains ont choisi comme voie pour se passer de Dieu ou pour le manipuler ou encore pour essayer de devenir comme Lui. Toutes ces tentatives pour acquérir des pouvoirs magiques, pour se hausser soi-même contre les autres, pour vivre aux dépens de ceux qui travaillent ou pour chercher à tout prix le profit immédiat plutôt que la justice et la sagesse, voilà quelques-unes des sources du malheur d’une nation !… Le diable reçoit son autorité de telles attitudes ! Que certains chrétiens et certaines églises glissent dans les mêmes penchants, discréditant du même coup le « christianisme » parce qu’ils ne mettent pas la Parole de Dieu en pratique et ne prennent pas leurs responsabilités, c’est vrai, mais le Christ, lui, ne sera jamais discrédité. Il est vrai qu’à l’époque coloniale, par exemple, les «Missions» — contrairement aux missionnaires pionniers — ont parfois cherché un appui dans ce nouveau pouvoir en jouant trop souvent le jeu des gouvernements colonisateurs. Il n’en est plus guère ainsi actuellement. Les églises où règne l’amour et où les disciples fidèles de Jésus ne vous trompent pas mais viennent en aide aux pauvres, sont au contraire le canal irremplaçable des bénédictions de Dieu pour leur nation. Leurs actions le montrent et les effets du Saint- Esprit chez ses membres en sont la preuve ! Et les pays marqués par ce message et cette obéissance au Christ en ont été bénis dans leurs institutions.

Que le Seigneur ouvre les yeux de ceux qui s’égarent dans les sentiers du Menteur et du Séducteur.


Canevas pour groupes de maison

Nous vous suggérons d’utiliser le canevas de la manière suivante : _ Lire les textes bibliques (par un ou plusieurs participants) _ Répondre aux questions proposées, en veillant à ce que chacun s’exprime à tour de rôle. _ Partage libre _ Prière où chacun est encouragé à participer.

Luc 7 : 18-23 :
Jean, le prophète baptiseur, a été saisi dans sa prison de perplexité et même de doutes concernant Jésus qu’il avait lui-même annoncé. En voyez-vous la raison ? En quoi la réponse de Jésus devait-elle convaincre Jean quand vous comparez cette réponse avec la parole prophétique d’Esaïe (ou Isaïe) en Es. 35.4-6 ?

2 Cor. 5 : 16-17 :
Que peut signifier ici «connaître Christ selon la chair »?.. Certains «récupéraient » Jésus pour leurcause pendant que d’autres l’enfermaient dans une catégorie pour mieux s’opposer à lui… Qu’est-ce qui permet de connaître Jésus en vérité, pour ce qu’Il est vraiment ?

Jean 4 : 21-24 :
D’où vient le salut, d’après le v.22 ?… Cependant, le vrai culte est-il lié à un lieu, à une culture, à une nation, à une race, d’après la parole de Jésus ?

Actes 4 : 11-12 :
Connaissez-vous une autre affirmation dans le N.T. qui va dans le même sens que celle-ci ? Cherchez par exemple dans les 2 premiers chapitres de la 1ere lettre de Paul à Timothée.

Eph. 2 : 13-18 :
D’après ce texte essentiel, y a-t-il encore une seule barrière religieuse, sociale, raciale, politique qui, au regard de Dieu, devrait encore s’élever pour opposer les humains en partis antagonistes et concurrents ?

Esaïe (ou Isaïe) 42 :8 et 48 :11 :
Comment comprenez-vous cette déclaration solennelle de Dieu sous la plume d’Esaïe ?


ECHOS ET NOUVELLES

Vu la place prise par la longueur des textes de ce numéro, nous devons renoncer à publier la rubrique complète de « Echos et Nouvelles » à titre exceptionnel. Nous regrettons et vous prions de nous en excuser.

AFRIQUE

Rép. dém. du Congo
Échos de la mission de formation en République Démocratique du Congo

Jean-Pierre Besse, Jacques-Daniel Rochat et dizaine de personnes sont partis trois semaines RDC pour un effort de formation et de soutien chrétiens. Ce projet, soutenu par le Lien des Cellules de prière, s’est bien déroulé et l’équipe a pu expérimenter l’aide de Dieu en formant plus de 2 000 pasteurs, responsables, femmes et hommes d’affaires Kinshasa et à Kikwit. Des conférences, des émissions de radios et TV et plusieurs journaux ont permis communiquer la vision et le contenu des enseignements. Cette action comprenait aussi l’envoi d’un conteneur avec des dizaines de milliers de Bibles de livres d’édification, elle a aussi permis d’encourager des prisonniers, et de visiter des hôpitaux. Lors de ce voyage, il était particulièrement touchant de rencontrer des lecteurs reconnaissants pour le journal du Lien est l’un des seuls écrits d’édification à leur disposition. Au travers de tout cela, nous avons eu le sentiment qu’une brèche était ouverte et que Dieu avait particulièrement à coeur d’agir dans ce pays. Merci donc à tous ceux qui ont prié pour cette action qui va probablement donner lieu à de nouveaux projets.


INTERCESSION Très souvent des lecteurs du LIEN nous demandent de prier pour leur cellule et leur région : problèmes d’églises, de famille, de santé, etc. Le titre de notre journal « LE LIEN des cellules de prière » marque bien notre solidarité entre tous ses lecteurs. Pensons-y dans notre intercession.



Haut du journal