Le Lien

300

Le combat spirituel

Des forces invisibles

Mensonge, mépris, injustices, tortures, guerres… Tous les progrès techniques et l’accès à la connaissance n’ont pas fait disparaître la méchanceté. Au contraire, et comme le montrent les actualités, notre monde est le théâtre des plus terribles violences. 

À grande échelle, celles-ci aboutissent à des conflits et des emprises tyranniques sur des populations. Des ethnies sont massacrées, ou des croyants (le plus souvent chrétiens) sont sauvagement persécutés. À plus petite échelle, ces virus de haine s’insinuent dans les couples, les familles, et les quartiers. Ils détruisent la conscience du bien et du mal, l’amour entre l’homme et la femme et la bonne entente sociale.

De nombreux philosophes ont tenté d’expliquer le mystère du mal qui ronge l’humanité, mais à vue humaine, il est inexplicable. En effet, notre monde ne se limite pas aux choses matérielles et c’est dans l’invisible que se jouent les plus grands enjeux.

Dès ses premières pages, la Bible nous révèle que notre monde est le fruit d’une Parole divine mise en oeuvre par le Saint-Esprit. Malheureusement, en s’écartant de la lumière du créateur, les hommes vont s’ouvrir à des influences diaboliques. Ce sont ces forces obscures qui contribuent à semer la désolation dans le coeur des hommes et sur la Terre.

Ce combat est bien réel, et dans les Évangiles Jésus doit affronter les séductions et les forces meurtrières qui tiennent les cœurs, des forces qui chercheront également à le faire périr tout au long de sa vie. Mais Jésus les affronte et de nombreuses personnes habitées par des démons seront délivrées et sauvées.

Entrer dans la bataille

Aujourd’hui, de nombreux chrétiens ont pris conscience de l’influence des puissances invisibles. Dans certaines communautés, cela conduit les fidèles à se rassembler (parfois sur des points élevés) pour chasser les forces qui dominent les villes et les régions. 

- « Je chasse les séductions, les esprits de violence, de méchanceté, la pauvreté… »

Ces injonctions peuvent durer plusieurs jours et s’accompagnent parfois de jeûnes. Ainsi, au fil du temps, de nombreux lieux ont reçu ces ordres de libération… Mais, est-ce que les puissances ont été réellement vaincues ?

Soyons honnêtes, les villes et régions soi-disant « nettoyées » ne se sont pas améliorées et ont même très souvent plongé encore plus profondément dans le mal et la violence.

Ce manque d’efficacité des injonctions faites aux puissances nous amène aussi à observer que ni Jésus ni les apôtres n’ont combattu de cette manière. 

Certes, à de nombreuses reprises, ils nous invitent à prier avec vigueur pour invoquer la grâce de Dieu sur les régions et les autorités. Par contre, aucun de leurs enseignements ne nous demande de chasser les puissances à distance. Pourquoi ?

Une autorité pour libérer

Comme en témoigne la Bible, le Christ et ses disciples ont apporté d’immenses délivrances et la paix dans une multitude de villes et de villages.

Cette capacité à vaincre les forces du mal s’exprime notamment lorsque Jésus annonce qu’il voyait « Satan tomber du ciel comme un éclair... » Luc 10.20.

Cette colossale victoire céleste est-elle le fruit d’ordres de libération donnés à distance ? 

Non, Jésus prononce ces paroles alors que les 701 disciples qu’il a envoyés reviennent de leur mission.

Durant plusieurs jours, ceux-ci ont frappé aux portes pour annoncer l’Évangile aux familles. Ces contacts leur ont permis de prier pour les malades et d’exercer une autorité sur les esprits mauvais. 

À leur retour, ils expriment leur joie en rapportant à Jésus que les démons leur sont soumis en son nom. Jésus leur confirme alors le dépôt de son autorité :

« Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire. » Luc 10.19.

Cette capacité à libérer les captifs est l’une des expressions de l’onction que Christ a reçue. L’Esprit du Seigneur l’a oint pour... libérer, guérir, apporter la grâce...2. C’est ce programme divin que le Christ confie à ses disciples. 

Plus tard, et après la résurrection, c’est encore avec la vocation contenue dans son onction qu’il invite les chrétiens à apporter l’Évangile aux nations.

« Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. » Marc 16.15-18.

Ainsi, et grâce à l’Esprit qui descend à la Pentecôte, l’Église reçoit la vocation du Christ et son autorité pour chasser les démons, guérir les coeurs brisés et apporter l’Évangile de Paix.

Une autorité pour marcher

Grâce à l’Esprit, l’Église dispose de l’autorité du Christ. Celle-ci ne peut toutefois s’exprimer en dehors du mouvement qui conduit Dieu à rejoindre les hommes. C’est cette volonté qui s’exprime dans l’ordre « d’aller » et d’avoir une autorité pour « marcher sur...3 ».

L’obligation de s’approcher pour livrer bataille, c’est ce que le Christ a dû faire ! Ainsi, et pour libérer les hommes, il n’a pas crié contre le diable depuis le « Ciel »… De fait, et malgré son absolue autorité, Jésus a dû descendre pour marcher sur la Terre. Ce mouvement d’Amour le conduira notamment à traverser la mer de Galilée et la tempête pour venir libérer un homme habité d’une légion de démons. Dans sa relation avec cet homme, Christ lui donne la délivrance.

Casser les droits du diable

Ce n’est pas sans raison que le Christ doit venir jusqu’à nous. Par la rupture du lien qui nous unit à Dieu, les puissances disposent d’un droit sur nos vies. Pour libérer, il faut rompre cette spirale. 

C’est ce processus qui va s’exprimer lorsque les Hébreux étaient esclaves en Égypte. Les plaies et les démonstrations de la puissance de Dieu ne peuvent casser l’emprise diabolique du Pharaon. 

Pour libérer, il faut une « arme » suprême, et c’est lorsque le peuple mange l’Agneau et met son sang sur ses portes que le jugement et la grâce les libèrent.

Le Christ est l’Agneau qui délivre les captifs4. Mais pour vaincre, il doit entrer dans les vies. Les individus, les familles ou les régions ne pourront donc être libérées sans être visitées, se repentir et s’ouvrir à Dieu.

Le vrai combat : c’est évangéliser !

Malheureusement, beaucoup de chrétiens et de communautés ne réalisent pas la portée de l’onction qu’ils ont reçue pour « aller ». Cette ignorance peut les conduire à passer beaucoup de temps à combattre abstraitement les puissances. Pendant ce temps, les familles qui vivent à proximité et qui sont dominées par les puissances du diable ne sont pas visitées. 

Face à cela, les « révélations » qui font croire à l’Église qu’elle peut mener le combat en s’enfermant ne seraient-elles pas de subtiles séductions ?

Plutôt que de nous mettre à l’écart, obéissons aux paroles qui nous invitent à aller5, car c’est en apportant l’Évangile dans les familles que nous verrons la puissance de notre Seigneur. 

Pour ma part, j’ai pu observer que c’est lorsque je « vais » que l’Esprit appuie mon ministère avec la plus grande force. Il fait des miracles, donne des paroles de connaissance et me permet de sortir les hommes de l’emprise du mal.

Donne à tes serviteurs…

Comme le Christ l’avait annoncé, son Église doit très vite faire face à de diaboliques adversités. De fait, dans le quatrième chapitre des Actes, les chrétiens sont confrontés à des violences et des intimidations. De par les liens qui unissent le diable aux hommes, les puissances du mal peuvent agir dans les sphères politiques et religieuses. Face à cette emprise, les apôtres demandent à Dieu de les aider à porter sa Lumière :

« Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec une pleine assurance, en étendant ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus.» Actes 4.29-30.

La réponse à cette prière ne se fait pas attendre et l’onction de l’Esprit se renouvelle avec force : 

« Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. » Actes 4.31.

En parlant du combat spirituel, il est bien de rappeler qu’il n’est pas le coeur de notre vocation ; comme Jésus le dit à ses disciples, impressionnés par la puissance de leur ministère, l’important n’est pas de vaincre le diable, mais de vivre dans la communion avec Dieu. 

« Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. » Luc 10.20.

Quelle espérance ! Un jour, toute la puissance du Diable sera anéantie, mais le lien de l’Amour de Dieu est éternel.

Questions (à méditer seul ou en groupe)

1.    Avez-vous conscience des combats spirituels qui ont lieu dans ce monde ?

2.    De quelles manières les puissances du mal exercent-elles leurs dominations ?

3.    Comment apporter la délivrance de Christ à ceux qui nous entourent  ?

*****

Quelques versets bibliques sur le combat spirituel :

«Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. »
Apocalypse 12.11.

« Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous.. » Jacques 4.6-7.

« Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. » Éphésiens 6.11.

« Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » Jean 16.33.

Notes:

1. Certaines traductions de la Bible mentionnent 72 disciples.

2. Voir Luc 4.16-21 (prophétisé dans Esaïe 61.1-2).

3. La nécessité de conquérir avec ses « pieds » était déjà préfigurée dans la promesse que Dieu fait aux Hébreux : « Tout lieu que foulera la plante de votre pied sera à vous ». Deutéronome 11.24.

4. Cette autorité absolue s’exprime dans la vision de l’Agneau sur le trône : Apocalypse 5.13, 6.13, 7.9-17...

5. Marc 16.15, Actes 1.8, 5.20.