Le Lien

N° 249 Avril 2009

Un Evangile qui change le monde

Par Jacques-Daniel Rochat

La croissance du bien et du mal
Tumultes, guerres, crises, pauvreté, violences… l’Histoire et les actualités nous rappellent constamment que le monde, comme l’avait annoncé le Christ, est comme un champ contaminé par l’ivraie. Ainsi, alors que l’Évangile avance parmi les peuples et que de bon progrès apportent de précieux développements nous voyons le mal grandir sournoisement. L’expression la plus tragique du mal est d’entraîner les hommes dans une arrogance hostile envers leur Créateur. Cette hostilité s’exprime par exemple à la naissance du Christ lorsque le roi Hérode et ses sbires organisent les meurtres d’enfants innocents pour tenter de faire périr le Messie. L’histoire humaine nous permet d’observer que cette même rage a généré d’innombrables massacres visant à s’attaquer aux témoins de Dieu où à satisfaire la soif sanguinaire de celui que Jésus présente comme le « meurtrier dès le commencement » (Jean 8.44).

Aujourd’hui, et avec la croissance des technologies, le mal profite de possibilités de séductions et de destructions sans précédents. Dans sa main, ces moyens visent logiquement à accomplir les ambitions diaboliques. Parmi ces projets, l’une des priorités est encore et toujours de faire disparaître le peuple Juif. Aujourd’hui, les Juifs sont estimés à 14 millions, soit environ 0.2 % de la population mondiale
*1.
Israël, avec ses 21'946 km2 représente à peine un millième de la superficie des 22 pays arabes et de l’Iran. Il va de soi que cette part infime ne représente pas une menace tangible… Mais la radicalisation de la haine et la montée en puissance des moyens militaires conduisent à une situation géopolitique qui pourrait aboutir à un conflit nucléaire au Moyen-Orient et à la faillite de l’ordre mondial.

Cette influence du diable ne se limite bien sûr pas à nourrir l’antisémitisme; il étend ses filets au travers de nombreuses oppressions. Face à de telles ambitions, il est nécessaire que l’Église soit vigilante et comprenne son rôle face aux séductions qui conduisent à la violence et à la désolation. Car ne l’oublions pas, l’une des grandes missions que Dieu cherche à accomplir sur la terre est de s’opposer à l’emprise du mal
*2. Ainsi déjà dans Genèse 4, il cherche à prévenir le meurtre d’un innocent en s’approchant de Caïn par ces paroles : « si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi : mais toi, domine sur lui » (v. 7). Par cet avertissement, Dieu informe Caïn qu’une force rampante cherche l’occasion d’entrer dans sa vie. Malheureusement, il ne suit pas le conseil divin et se laisse entraîner dans le projet diabolique de faire disparaître son frère, celui que Dieu avait agréé*3.
Soulignons que cet épisode rappelle aussi le destin de Judas qui, par cupidité, laissera son coeur s’ouvrir progressivement au mal. Finalement, et alors qu’il était un disciple du Christ, les évangiles nous révèlent que « Satan entra dans Judas
*4» Cette terrible présence faussera complètement son sens des valeurs et le conduira à vendre la vie du fi ls de Dieu pour quelques pièces d’argent !

La saveur des fruits dépend des racines
Avec ces exemples, la Bible nous révèle que le mal qui s’exprime dans la société commence par une subtile conquête des coeurs et des pensées. L’idolâtrie, la superstition, l’amour des richesses sont des voies privilégiées pour conquérir les vies et corrompre l’intelligence. Par exemple, l’asservissement des femmes ou le racisme tirent leur venin de concepts, d’idées et de croyances habilement construites sur le mépris de l’autre. Ce mal commence par une perversion spirituelle des valeurs morales, ainsi, lorsque l’asservissement, les meurtres et la violence apparaissent dans la société, c’est le signe que les racines sont malades.
À l’opposé, il est évident que la paix, le développement, le respect de l’autre, l’assistance, l’harmonie ne tombent pas subitement sur les peuples. Ces valeurs sont les fruits visibles de la capacité des hommes à résister au mal et à respecter des principes justes. La démocratie, le développement, le respect des minorités, la solidarité, la prise en charge des malheureux, la justice équitable,… toutes ces bonnes choses dépendent directement des valeurs morales et spirituelles qui nous habitent. Pour s’en convaincre, il suffit de prêter attention aux recherches des instituts qui évaluent le développement des pays
*5. Leurs classements soulignent combien les éléments essentiels à une vraie qualité de vie font écho au degré de pénétration des valeurs bibliques. Ainsi, selon ces classements, les pays les plus paisibles et les mieux développés sont ceux qui ont été fortement influencés par l’écoute de la Bible*6 alors que les plus perturbés sont habités par des concepts animistes ou islamiques.

Un Évangile qui fait la différence
En tant que Chrétien il est important de se rappeler que l’Évangile n’appartient à aucune ethnie et que ceux qui profitent de l’impact des bonnes valeurs de la Bible n’en sont pas les propriétaires (et pas forcément les bons témoins). L’Évangile est un cadeau qui s’offre à toute personne qui aspire profondément à vivre une relation d’amour avec Dieu et son prochain.
La foi chrétienne ne se limite donc pas à l’espérance de la vie éternelle, elle est aussi une merveilleuse puissance de vie capable de contrer les séductions qui conduisent à la désolation. Si nous marchons selon l’Esprit du Dieu créateur, nous serons logiquement conduits par une sagesse en totale harmonie avec la création et la société. Grâce au soutien de l’Esprit nous pourrons combattre les ravages du mal en apportant une aide aux opprimés, en nourrissant les affamés, en apportant des soins, etc. Cette démonstration, le Christ l’a fait en produisant des fruits concrets d’amour et de justice dans son entourage. Par ces oeuvres, il a démontré sa victoire sur les forces qui conduisent à la mort et sa capacité à nous conduire dans l’excellence.

Ce tableau illustre la manière dont la sphère spirituelle influence les différents espaces de la vie. Ce qui s’exprime visiblement dans la société est un indicateur pertinent des valeurs fondamentales qui habitent les hommes. On peut lire le tableau horizontalement en suivant les conséquences de l’influence spirituelle dans le monde visible ou selon la symétrie verticale que le tableau met en évidence entre le bien et le mal, par exemple entre la vérité et le mensonge.

Stacks Image 353

Aujourd’hui, et alors que le mal multiplie ses emprises, il est essentiel que les Chrétiens soient les témoins du potentiel de l’Évangile. Pour cela, il ne s’agit pas de viser trop haut en prétendant changer abstraitement le monde. Notre appel est plus concret, il consiste à exprimer notre foi dans nos zones directes d’influence (famille, église, travail, etc.). C’est dans cet état d’esprit que nous pouvons invoquer Dieu pour qu’il nous aide à traduire en bonnes idées et en actions les richesses apportées dans notre coeur par sa révélation. Ce travail de transformation de notre vie et de notre entourage commence par la prière. En effet, dans cette relation nous pouvons remporter la première bataille en exerçant, par exemple, une saine autorité sur la convoitise, la colère ou le ressentiment. La prière est aussi une source méconnue de solution aux problèmes concrets qui nous entourent. Ainsi, par notre communion avec Dieu nous avons accès à son amour, mais aussi à sa créativité et sa sagesse infinie. Le ministère de l’Esprit ne se limite donc pas aux dons spirituels, il est aussi la source qui nous permet de trouver des réponses avisées dans les aspects relationnels, organisationnels, techniques, environnementaux, médicaux, politiques, etc.*7 Dieu connaît toute chose, c’est donc aussi par lui que nous pouvons recevoir une sagesse à même de nous aider à gérer la création avec intelligence.
L’Évangile n’est donc pas seulement le fait de prier pour la délivrance, la guérison et le pardon des péchés, c’est aussi une extraordinaire puissance capable de créer une société à même d’apporter l’efficacité, la création de richesse, le respect et la paix. Soyons donc des chrétiens charismatiques qui usent de l’assistance de Dieu dans tous les espaces de la vie. Par cela nous ferons reculer la pauvreté, la violence et toutes les oppressions du mal.

Mesurer la sagesse, le respect du prochain, le sens de la responsabilité et la paix produits par une société n’est-ce pas la meilleure manière de juger de la qualité de ses valeurs et de ses croyances ?
« La frontière entre le bien et le mal ne passe pas à travers les États, ni entre les classes sociales, ni entre les partis politiques, mais au beau milieu du coeur de l’homme. » Soljenitsyne
 
Démarche à vivre en groupe
Essayer de sortir de vos habitudes de prière en élargissant votre vision selon les divers espaces indiqués dans le tableau : spirituel, relationnel, intellectuel, matériel.

1. Influences Débat : Définissez les principales influences diaboliques qui, selon vous, se manifestent dans votre environnement : vie, famille, localité, régions (soyez concrets).
Prière : Présentez à Dieu les influences que vous avez mises en évidence. Invoquez son autorité et demandez qu’il vous inspire afin de trouver des moyens de faire cesser ces emprises.

2. Actions
Débat : Quels sont, selon vous, les principaux besoins et problèmes concrets qui nécessiteraient d’avoir une idée inspirée, une solution relationnelle, technique, économique, etc.

Prière : Présentez à Dieu ces défis en lui demandant de la sagesse pour trouver les solutions et les mettre en pratique (selon Jacques 1.5).


____________________


NOTES: 1 : Les Juifs (14 millions) sont bien moins nombreux que les adeptes de la religion Sikhs dont on entend très peu parler (23 millions). Notons encore que le monde compte environ 100 Musulmans pour un Juif.

2 : Voir à ce propos la vocation de Paul dans Actes 26.18.

3 : Voir 1 Jean 3.12.

4 : Luc 22.3, Jn 13.27.

5 : Pour le classement des villes voir : www.mercer.fr, des pays : www.hdr.undp.org.

6 : On peut aussi observer que les peuples qui ont vécu un développement et une harmonie sociale sans connaître le message de la Bible ont pu le faire en appliquant des valeurs morales semblables à son message (lire à ce propos Romains 2.14-15).

7 : Ce n’est pas un hasard si le plus grand nombre de prix Nobel par habitant est celui les Juifs. Les valeurs bibliques nourrissent l’intelligence et Dieu peut ainsi transmettre à l’homme des idées qui lui permettent de répondre aux défis qui l’entourent.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés