Le Lien

N° 245 Avril 2008

Pourquoi je suis chrétien

Par Jacques-Daniel Rochat

Les trois colonnes de la foi
Il existe de nombreuses raisons d’être chrétien et il serait bien difficile d’en faire l’inventaire. Mais, pour ma part, il y a trois révélations qui me semblent fondamentales. Avec leur base solide, elles sont comme des piliers capables de résister aux assauts de l’adversité et des doutes.

1. La révélation d'un Dieu humble
Cela peut sembler surprenant de présenter l’humilité de Dieu comme l’un des fondements de la foi. Certains hommes ne préfèrent-il pas plutôt crier « Dieu est puissant » Depuis toujours l’homme est fasciné par la grandeur et sa spiritualité naturelle le conduit à créer des cultes qui exaltent la puissance. La tour de Babel est une expression symptomatique de la motivation qui habite les hommes et les conduit à se rassembler pour des projets grandioses qui devraient leur permettre de rejoindre la dimension divine *1.
Puisque la création est imposante, l’homme est convaincu que c’est dans la grandeur qu’il trouvera Dieu. Ainsi, l’on ne compte plus les pyramides, les constructions imposantes, les temples majestueux construits pour une rencontre avec le divin.
Mais le vrai Dieu n’est pas ainsi, et comme le souligne l’épisode de la tour de Babel, les efforts de l’homme pour monter vers Dieu sont pathétiques, illusoires et ne mènent qu’à la ruine. Car le Grand et Puissant Dieu qui a créé le monde n’est pas assoiffé de grandeur mais profondément humble. Pour s’en convaincre il suffit d’ouvrir les yeux sur ce qui nous entoure. Ainsi c’est avec un très grand étonnement que les scientifiques ont découvert au siècle dernier que l’univers colossal et prodigieusement imposant avait commencé son existence sous la forme d’une boule minuscule (des milliards de fois plus petite que le point qui termine cette phrase !).
Terre, soleil, étoiles, galaxies et distances infinies, étaient à l’origine enfermés dans ce minuscule espace. Quel prodige et quels humbles débuts ! Seul Dieu est capable de cacher autant de grandeur dans de « petites boîtes » et ce principe s’applique aussi aux origines de la vie. Car là encore, c’est dans un espace infime, placé au coeur de la cellule, que se cache le fantastique code de l’ADN qui est à la base des êtres vivants. Les grands arbres, les baleines, les éléphants et toutes les espèces, dont l’homme, commencent leur existence sous la forme d’une succession d’atomes et de molécules savamment organisées. Ces éléments qui semblent dérisoires constituent pourtant une suite de « paroles » qui, comme les lignes de code d’un super logiciel, sont capables de former un nouvel être.
Oui, les secrets du monde et de la vie se cachent dans l’infiniment petit, comme si Dieu se plaisait à faire de grandes choses avec les infimes. Un mode de faire qui continue de porter la signature divine dans la grande aventure de la révélation.
Ainsi, avec Abraham c’est un groupe insignifiant de bergers nomades que Dieu choisit comme messagers.
Avec Moïse, il fait descendre sa gloire sur un peuple esclave et méprisé.
Plus tard, le temple symbolisant sa présence est placé dans la petite cité de Jérusalem, dont la taille était celle d’un grand village.
Et quand enfin il vient parmi les hommes, est-il un géant majestueux ? Non, c’est un petit bébé dans une crèche… Car comme l’atteste la révélation biblique, Dieu n’est pas où l’homme l’imagine.
L’homme regarde vers la grandeur alors que le Saint-Esprit tapote son épaule pour l’inviter à se tourner du bon côté,… là, où se cachent les vraies valeurs divines. Dieu aime les humbles, il considère les petits et même s’il est capable de démontrer sa majesté, il se révèle en s’approchant respectueusement de nous, c’est le souffl e doux et léger qui traverse la matière pour venir toucher notre coeur*2.
Sois transportée d’allégresse, fi le de Sion ! Pousse des cris de joie, fi lle de Jérusalem ! Voici, ton roi vient à toi ; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, sur un âne, le petit d’une ânesse. Zacharie 9.9

Seule la Bible nous donne cette révélation de la nature de Dieu ; un Père doux et aimant qui nous apprend, par exemple, qu’un petit enfant a une valeur infinie*3. Ainsi l’Évangile « ose » le scandale de présenter le Grand Dieu en un humble et respectueux créateur qui descend parmi les hommes. Ce message n’est pas acceptable pour l’homme assoiffé de gloire, c’est pourquoi la révélation biblique se heurte constamment à la pensée humaine ou aux concepts religieux qui se sont construits avec, pour projet, de « monter vers Dieu ».
Mais Dieu est venu, et par son don sur la croix, il nous apprend que si nous sommes insignifiants à l’échelle de l’univers, nous sommes très grands par l’amour qu’il nous porte. Cette inestimable révélation du Dieu Humble et Aimant est notre première assurance.

2. La révélation qui traverse l’histoire
I
l y a chaque année des personnes qui affirment qu’elles sont « élues » et qu’elles sont les messagères de la « vraie révélation ». Le plus souvent elles se considèrent comme divines et à même de transmettre le message que le monde attend. Ainsi, on ne compte plus les gourous ou les illuminés qui, dans l’histoire, ont prétendu détenir les clés spirituelles et ont considéré que leur position « supérieure » leur donnait un droit de vie ou de mort sur leurs semblables.
Pharaons égyptiens, empereurs romains, tyrans despotes, ou gourous de sectes modernes, tous se considèrent comme le joyau sur lequel se concentrent les rayons de la divinité. Comme cela est pathétique… croire que Dieu a attendu des millénaires pour subitement tout focaliser sur une personne, révèle une ahurissante dose d’orgueil et de… stupidité.
Face à ces multiples dieux autoproclamés, la Bible oppose une révélation progressive et profondément enracinée dans l’histoire humaine. Ainsi ce sont plus de 40 auteurs qui ont rédigé la Bible et dans une période couvrant plus de 1 500 ans d’histoire.
Parmi ces écrivains ; des rois, des esclaves, des ouvriers, des juges, des bergers, des chanteurs, des femmes, etc. Tous ont participé à la grande mission de recueillir et de transmettre la révélation divine. Ainsi, par la Bible, le Saint-Esprit a toujours veillé à s’exprimer à travers la collégialité et la diversité. Grâce à la foule des témoins inspirés, la venue du Christ sera annoncée et longuement préparée.
C’est aussi dans ce respect de la communauté humaine que le Christ ne rédige pas de texte biblique et ce sont ses disciples qui prendront soins de rendre témoignage de son message. Car Jésus ne vient pas avec de l’encre et du papier, mais il écrit la révélation avec sa vie et son sang. De ce fait, ce n’est pas une pensée qu’il donne mais son corps qu’il partage, montrant à tous les hommes la portée du cadeau divin.
Aujourd’hui, de nombreuses traces archéologiques attestent du chemin que la révélation à tracé dans l’Histoire. Les manuscrits, les stèles, les ruines des cités bibliques, l’aventure du peuple juif parmi les nations sont autant de faits solides que même les plus incrédules ne peuvent nier. Par ailleurs, les actualités ne soulignent-elles pas constamment que le peuple Juif et la ville de Jérusalem sont au centre du destin de notre monde ?

L’une des grandes richesses de l’Évangile c’est qu’il n’est pas le fruit d’un seul homme ou d’une « illumination » ponctuelle. C’est un mouvement puissant et irrésistible qui, malgré la corruption et les adversités, continue de tracer un chemin de grâce. Cette révélation, inscrite dans le temps et la communauté humaine, atteste de la véracité de la Parole divine. Elle traverse les époques, les âges et les frontières pour apporter son espérance sur toute la terre.
Dieu est éternel et parle aux hommes depuis longtemps, Il a parlé avant moi et Il parlera après moi.

C’est le deuxième pilier pour appuyer ma foi.

3. La révélation d'une inestimable bonté
Aujourd’hui, de nombreux athées considèrent que l’homme est un animal comme les autres. Ils oublient cependant la différence fondamentale qui le distingue des autres êtres vivants. Ainsi, la particularité de l’homme n’est pas d’être intelligent ou d’avoir des sentiments (les animaux en sont capables), mais c’est d’avoir un esprit qui lui permet de communier avec une réalité invisible et spirituelle.
Cette dimension unique dans la création c'est le
coeur de l’homme, la source qui construit ses valeurs. En conséquence, le sens du bien et du mal et notre manière de vivre avec les autres découlent directement de nos croyances. Cela peut-être positif ou tragique.
Par exemple, de nombreuses croyances païennes ont conduit des sociétés à faire des sacrifices humains allant jusqu’à inciter les parents à brûler vifs leurs propres enfants*4. Même si cela peut sembler surprenant, ces cultes cruels aux idoles étaient considérés comme « bénéfiques ».
Tuer, torturer, mépriser ou voler peut être le résultat d’une inspiration spirituelle (diabolique) qui a pour ambition de s’imposer dans la société. Cela explique pourquoi il est si difficile de se battre contre la condition des « intouchables » qui sont mis au ban de la société en Inde, ou encore de combattre le concept de la guerre sainte dans les pays islamiques. Ces attitudes, qui engendrent la souffrance et la désolation, sont bâties sur une dimension spirituelle et des justifications religieuses. Face à ces dérives, il est essentiel de juger la dimension religieuse sur les fruits qu’elle produit lorsqu’elle est appliquée dans la société.
Une source spirituelle qui distille la haine, la souffrance et la pauvreté fait elle-même la démonstration de ses mauvaises racines, alors que celle qui apporte la paix, la nature vivifiante.
Toutefois, lorsque l’on désire éprouver une religion, il est important de faire la distinction entre les fondements spirituels omposent et la manière dont les hommes les mettent en pratique. Il y a par exemple de très grandes différences entre le modèle et les enseignements de Jésus-Christ et l’empreinte laissée par ceux qui s'en réclament. N’a-t-on pas tué et torturé au nom de celui qui invite à aimer ses ennemis et à donner sa vie ?
Pour examiner et comprendre les fondements spirituels de l’Évangile il est nécessaire de revenir à la source en vue de « presser » la révélation biblique pour en extraire sa substance.
Que se dégage-t-il de l’Écriture et qu’est-ce que Dieu désire ? La réponse est surprenante. En effet, la principale expression du culte révélé par la Bible s’exprime par le… repos ! Peu de personnes fatiguées par l’agitation ambiante savent que les jours de congé et les vacances ont été introduits sous l’impulsion des valeurs spirituelles de la foi juive et chrétienne. Car déjà dans l’Ancien Testament, les notions de culte et de repos sont indissociables et soulignent que Dieu ne se révèle pas dans a mortification, l’agitation ou l’activisme. C’est pourquoi, dans la Bible, Dieu instaure le shabbat*5 et de nombreuses fêtes, autant d’invitations à célébrer Dieu et son prochain en dehors de toute contrainte ou asservissement.
Ainsi, le vrai culte, qui consiste à entrer dans le repos n’est pas une quête ésotérique, c’est un repos de « grâce active » qui vise à célébrer une joyeuse communion avec Dieu et les autres. Cette vision prend tout son sens avec la venue de Jésus-Christ qui est venu offrir sa vie pour permettre aux hommes d’entrer dans le vrai repos*6.
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Matthieu 11.28 (29) Quelle belle promesse et quel projet que Dieu accomplit pour nous permettre de vivre en communion avec lui, dans un « repos » paisible et communautaire. Un objectif qui se résume par le commandement suprême qui nous invite à « Aimer Dieu et notre prochain ».

Malheureusement, les hommes ont de tout temps pollué l’Évangile en le transformant en un culte focalisé sur des rites, des bâtiments où habité par des ambitions opposées aux valeurs divines. Cette dérive a souvent conduit l’Église à s’illustrer par l’arrogance de ses chefs assoiffés de pouvoir, par ses cruautés et ses débordements légalistes. Ne lui jetons cependant pas trop vite la pierre, car au fond de nous se cache le germe des mêmes perversions. C’est pourquoi chaque personne qui se réclame du Christ doit livrer un combat pour lui rester fidèle. Mais, malgré toutes les faiblesses humaines, l’Évangile reste le plus extraordinaire message à découvrir. Celui-ci m’invite à construire ma vie, ma famille et la société de manière à ce que chacun soit aimé et respecté.
Voici le jeûne (le culte) auquel je prends plaisir : Détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l’on rompe toute espèce de joug. Partage ton pain avec celui qui a faim, et fais entrer dans ta maison les malheureux sans asile ; si tu vois un homme nu, couvre-le et ne te détourne pas de ton semblable. Alors ta lumière poindra comme l’aurore et ta guérison germera promptement ; ta justice marchera devant toi et la gloire de l’Éternel t’accompagnera. Alors tu appelleras, et l’Éternel répondra ; tu crieras, et il dira : me voici ! Si tu éloignes du milieu de toi le joug, les gestes menaçants et les discours injurieux, si tu donnes ta propre subsistance à celui qui a faim, si tu rassasies l’âme indigente, ta lumière se lèvera sur l’obscurité et tes ténèbres seront comme le midi. L’Éternel sera toujours ton guide, il rassasiera ton âme dans les lieux arides et il redonnera de la vigueur à tes membres ; tu seras comme un jardin arrosé, comme une source dont les eaux ne tarissent pas […] Esaïe 58. 6-14
Ce message n’est pas une belle construction théorique, car Dieu n’a pas seulement partagé sa vision de l’Amour, il l’a lui-même démontré par ses actes en donnant sa vie pour les hommes à la croix.
Existe-t-il sur la terre une révélation aussi belle et pertinente sur la nature de Dieu ?

Ce contenu extraordinaire de l’Évangile est la troisième et précieuse raison de ma foi.


____________________

NOTES:
1 : Genèse 11.1-9

2 :1 Rois 19.12

3 : Matthieu 18.10 voir aussi Luc 9. 46-48

4 : Ces pratiques étaient courantes dans l’antiquité : Ezéchiel 23.37, 2 Chronique 28.3

5 : L’invitation à vivre le culte du shabbat est au centre des dix commandements. Une charnière entre le respect de Dieu du prochain (voir Exode 20.2-17).

6 : Voir Hébreux 4.1-11


Trois pistes et questions pour animer un partage
- Cet article présente trois fondements de la foi, lequel vous parle le plus, et pourquoi ?
- Présentez un autre pilier qui est important pour votre foi personnelle.
- Quels seraient les bons moyens de présenter les fondements de la foi chrétienne à votre entourage ?


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés