Le Lien

N° 297 Avril 2021

Avant que la nuit vienne

Par Ernesto Bretscher

Depuis la venue de Jésus, l’adversaire de Dieu a tout fait pour essayer d’étouffer le christianisme, sans toutefois y réussir. Pour cela, il a essayé de tuer Jésus encore bébé, de le faire chuter par les tentations, de le décourager, et de l’éliminer par la crucifixion. 
Par la suite, il a persécuté les disciples du Christ tout au long des siècles jusqu’à aujourd’hui. 
Mais il n’a jamais appris la leçon : le sang des martyrs continue à être l’engrais de l’Église. Plus il la persécute, plus elle se multiplie. Quoi qu’il fasse encore maintenant, l’Église se répand et se multiplie sans limites.

Une menace subtile...

De nos jours, l'une des ruses du diable est d’asseoir les chrétiens dans leurs beaux locaux de culte. Puisqu’il n’est pas possible de les arrêter autrement, il essaie désormais de remplir leur vie d’intérêts et de distractions centrées sur leur ego et de façon à ce qu’ils n’aient plus le temps ni la vision d’accomplir leur vocation et leur mandat, malgré l’envoi formulé par Jésus en Jean 20.21-22 : 
« Comme le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie » en nous recommandant : « Recevez l’Esprit saint. » C’est-à-dire faites place au Saint-Esprit, laissez-vous transformer, équiper et conduire par lui ! 
Lisons également en Matthieu 28.19-20 l’ordre donné d’aller et de faire de toutes les nations des disciples. Cette invitation est à mettre en relation avec 2 Timothée 3.1-5 qui nous décrit comment les hommes se conduiront dans les derniers jours.

La recommandation de « s’éloigner » de ceux décrits dans ce passage consiste à ne pas se laisser contaminer par leur style de vie. Malheureusement, beaucoup de chrétiens se comportent comme les gens du monde, avec les mêmes priorités et intérêts. Souvent, le fait qu’ils fréquentent une église n’a aucun impact sur leur style de vie.
En Matthieu 5.13-16, Jésus évoque deux dangers qui guettent ses disciples au sens large : celui de perdre sa saveur et celui de rester cachés sous le boisseau. Mais que veut dire perdre sa saveur ? 
Jésus est notre modèle, la parfaite représentation d’un fils et d’une fille de Dieu. Lors de son séjour sur la terre, Il exprimait la nature et le caractère du Père. Lorsqu’Il envoie les siens faire de toutes les nations des disciples (non pas seulement des croyants !), Il leur dit d’apprendre aux gens à vivre selon la nature du Père. Ce qui demande le renouvellement de la pensée, du caractère, de la conduite et du style de vie. 
En 2 Corinthiens 2.15, nous en voyons la valeur :
« Nous sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent ».
L’attente de Dieu notre Père est que chacun aspire à se conduire comme Lui (voir 1 Pierre 1.15).
La sainteté est un style de vie qui exprime la nature de notre Père céleste. Cela comprend l’intégrité, l’honnêteté, la fidélité, la loyauté, la bonté, l’humilité, la pureté, la générosité, la miséricorde, la grâce, le pardon, la cohérence, l’attitude du service au prochain, la gentillesse, le respect et ainsi de suite. 
« Que votre lumière brille ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos œuvres bonnes, et glorifient votre Père qui est dans les cieux ».
Donc c’est la « saveur », l’être, la substance, qui reflètent la lumière. Les gens sont attirés par la lumière et non pas par des paroles. En effet, ce que nous sommes parle plus fort que ce que nous disons. C’est pour cela que nous lisons en Esaïe 60.1-2 :
« Lève-toi, brille, car ta lumière paraît, et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. Car voici les ténèbres couvrent la terre, et l’obscurité les peuples ». Ne restons donc pas cachés dans nos maisons et nos locaux de culte !
Ces aspects sont très importants, car dans Jean 9.4, Jésus nous dit que
« la nuit vient, dans laquelle personne ne peut travailler »
Dans certains pays on ne peut déjà plus témoigner ouvertement de sa foi en Christ. À cause de l’islamisation et de la progression de l'athéisme, il se peut que dans le futur ce type d'interdiction s'étende à d'autres régions. 
Face à cette menace, il faut profiter d’annoncer Jésus pendant que c'est encore possible. En effet, quand l’obscurité provoquée par l’hostilité des peuples augmentera, il sera beaucoup plus difficile (mais pas impossible) d’annoncer l’Évangile et de vivre selon les valeurs de la Parole de Dieu. 
Dans ces temps d’obscurité, le témoignage passera presque uniquement à travers la prudence, la sagesse et nos bonnes œuvres en faveur des démunis.
Le fait de travailler pendant que c'est possible concerne aussi les limites de la vieillesse et de notre fin de vie. Ainsi, et comme le dit Ecclésiaste au chapitre 12 et versets 3 à 4. 
« avant que les jours mauvais viennent, avant qu’arrivent les années dont tu diras : je n’y prends point de plaisir ; avant que le soleil, la lumière, la lune et les étoiles s’obscurcissent… »

Servir et agir...

Mais alors, comment pouvons-nous maintenir la saveur du sel et refléter la lumière de Jésus ? 
Voici quelques conseils :
1. Conduire notre vie d’une façon cohérente selon la Parole de Dieu.
2. Compter non pas sur nos propres efforts, mais sur l’aide du Saint-Esprit.
3. Prendre chaque jour un temps d’intimité avec le Père pour lui exprimer notre gratitude et notre amour.
4. Prier régulièrement pour les personnes de notre entourage qui ne connaissent pas encore le Seigneur Jésus, tels que les amis, les voisins, les collègues et la parenté.
5. Utiliser toutes les occasions favorables pour faire du bien, pour encourager, apprécier, se rendre disponibles, par exemple lors d’une naissance, une fête de famille, Pâques, Noël, un anniversaire ou même une situation douloureuse telle qu’une maladie, un accident, une perte de travail, un deuil. Ce sont là de précieuses occasions qui nous permettent d’exprimer le bon parfum de Christ et de manifester l’amour du Père. 

Répondre aux besoins. 

Tiziana est une maman croyante italienne qui a son enfant de 10 ans à l’hôpital gravement atteint par une tumeur. L’enfant ne réagit pas aux soins et est en train de s’éteindre. 
Dans le corridor, en larmes elle prie désespérée pour son enfant. Mais à quelques mètres d’elle, une autre maman est aussi en pleurs. 
Le Seigneur met alors dans le cœur de Tiziana la pensée d'aller la consoler.
« Comment, Seigneur, puis-je la consoler lorsque mon enfant est en train de mourir ? »
Malgré la situation, elle reçoit dans son esprit :
« courage, va vers elle. » 

Après avoir essuyé ses larmes, elle va vers la dame, qui en sanglotant, se jette dans ses bras : 
-ma petite fille est en train de mourir ! Tiziana émue lui dit :
« viens, nous allons prier Jésus pour elle»
Elles s’approchent ensemble du lit où l’enfant est dans le coma depuis plusieurs jours. 
Tiziana prie de tout son cœur... et voilà que la fillette ouvre ses yeux et s’écrie 
« maman ! » 
Sa mère serre son enfant entre ses bras. À partir de ce moment, la santé des deux enfants s’améliore et ils sortiront guéris de l’hôpital. 
Grâce à ce geste, toute la famille de la deuxième maman va se donner à Jésus ; Tiziana a su cueillir l’opportunité pour permettre à Jésus de toucher cette famille. 

Tisser des liens d'amour
Pour apporter la lumière, il faut créer et développer des relations et des amitiés qui permettent, au moment propice, d’annoncer Jésus. Pour cela, on peut inviter des voisins, des collègues, les parents des camarades d’école de nos enfants pour un dîner, ou aller les trouver avec un gâteau à l’occasion d’anniversaires, de Noël ou de maladie.

Attendre le moment propice
Il y a un temps pour toute chose, nous dit l’Ecclésiaste. Pour parler de Jésus, il faut savoir attendre que l’estime, l’affection, l’amitié et la confiance à notre égard croissent. 
Ainsi, avant de semer un champ, il faut le préparer afin que lorsque la terre sera souple, nous puissions jeter la semence. Ensuite il faudra l’arroser.

Savoir parler de Jésus
Jésus dit à ses disciples en Actes 1.8 :
« vous serez mes témoins »
Nous sommes appelés à rendre témoignage de ce que Jésus a fait dans nos vies et de ce que Jésus est pour nous. Avant de nous dire : vous êtes la lumière du monde, Jésus nous dit dans Jean 8.12 :
« Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie ». Nous pouvons être lumière seulement si nous vivons en Jésus et parlons de Jésus, car c’est Lui la lumière ! Nous ne sommes pas appelés à parler contre quoi que ce soit. Nous ne combattons personne et évitons les discussions. 

Tendre les mains aux nécessiteux.
Les gens sont touchés par notre sensibilité pour ceux qui souffrent.
Matthieu 25.34-36,40
« Venez, vous qui êtes bénis par mon Père (…) j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger et vous m'avez accueilli; j'étais nu et vous m'avez habillé; j'étais malade et vous m'avez rendu visite; j'étais en prison et vous êtes venus vers moi (…) Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait cela à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. »

En conclusion, il est bon de prêter attention aux paroles de 1 Tessaloniciens 5.5-6:
« Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres »


Stacks Image 336
2020 © Shekina, Tous droits réservés