Le Lien

N° 223 Octobre 2002

Construire des familles qui rayonnent

Par Georges Martin

Introduction
L’éclatement des familles et leur "atomisation" sont la cause essentielle de la crise de notre société : divorces, interruptions de grossesse, violences, femmes et enfants battus. Que de souffrances!

On crée des lois pour remédier à ces abus, mais elles ont toujours pour but la protection de la personne. C’est ainsi que c’est l’individu qui devient la cellule de base de la société, alors que, dans le plan de Dieu, c’est la famille qui doit en être le fondement: "L’homme quittera son père et sa mère pour s’unir à sa femme et ils deviendront une seule chair" (Gen. 3 : 24).

Echecs
En lisant la Bible, on pourrait conclure que Dieu a échoué dans son projet: Caïn, jaloux de son frère Abel, l’a tué. Isaac et Rebecca ont chacun leur préféré; le couple est divisé; Esaü et Jacob deviennent ennemis. Jacob, qui a perdu Rachel, reporte son amour sur Joseph; il le garde près de lui, lui donne de beaux habits; ses frères jaloux le vendent comme esclave... Samson est un fils unique, gâté par ses parents, qui le laissent courir après les filles des Philistins.

Tous ces échecs sont la conséquence de la liberté que Dieu a donnée aux hommes de choisir leur comportement. Il n’a pas créé des robots mais des êtres qui aient la liberté de l’aimer et de s’aimer entre eux.

Des exemples positifs de familles unies viennent heureusement le confirmer. Ainsi Josué qui dit encore à la fin de sa vie: "Moi et ma maison, nous servirons l’Eternel" (Jos. 24 : 15); Booz et Ruth, les ancêtres de David et du Christ; les parents de Samuel; Zacharie et Elizabeth, les parents de Jean-Baptiste.

Pourtant, tout le monde désire être heureux. Mais il ne suffit pas de tomber amoureux, de se marier et d’avoir des enfants. Combien de foyers fondés dans l’enthousiasme, où on s’aimait, et bien vite il a fallu déchanter, même si on avait fait bénir son mariage à l’église. Comment s’en sortir?
 
Construire
Le titre de notre article commence par ce mot "Construire". Dans la vie professionnelle, il faut sans cesse se recycler. On parle de formation continue et permanente. Il en va de même dans la vie chrétienne. On ne naît pas chrétien. Il ne suffit pas d’avoir fait le catéchisme, ou même d’avoir accepté le Christ comme son Sauveur. Ce n’est qu’un point de départ. La vie chrétienne est un apprentissage qui dure toute la vie. C’est une aventure passionnante.

L’apôtre Paul nous donne un enseignement de base sur ce sujet dans l’Epître aux Ephésiens. Il écrit: "Je fléchis les genoux devant le Père duquel toute famille tire son nom, dans les cieux et sur la terre". (Eph. 4 : 14). En grec, le mot "père" se dit "pater" et le mot famille "patria" d’où on a tiré le mot patrie, qui est finalement un grand rassemblement de familles.

C’est donc Dieu qui est le fondement, la base de toute famille, parce qu’il est Amour, il est la seule source de tout vrai amour humain. Sur la terre, le couple est la manifestation de cet amour. La famille est le premier endroit où on apprend à aimer et à créer le bonheur.

Au chapitre premier des Ephésiens, il nous est rappelé que nous sommes des enfants de Dieu. Nous devons recevoir la sagesse par son Esprit pour mieux le connaître, être remplis de son amour et le vivre dans la situation qui est la nôtre. C’est essentiel dans nos relations conjugales et familiales. Car pas mieux qu’Adam et Eve, nous n’avons la sagesse infuse pour nous conduire sans Dieu. Dans l’article suivant - sous la plume de René Laframboise -, il est question des relations conjugales. Nous n’allons donc pas les traiter à part quelques lignes ci-dessous. Sitôt après, nous passerons directement aux relations parents-enfants.

Après avoir cité le texte de la Genèse (2 : 24), Jésus ajoute: "Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni... C’est à cause de la dureté de votre coeur que Dieu a permis de répudier vos femmes... Au commencement, il n’en était pas ainsi." (Mat. 19 : 6-8)

Le divorce est donc une grave anomalie, d’autant plus si on est chrétien. Il est source de tant de souffrances. Il demande notre compassion. Au lieu de juger, essayons d’aider les couples qui sont en crise. On est bien loin du mariage à l’essai ou du concubinage. Si nous avons demandé à Dieu sa bénédiction sur notre mariage, il est fidèle et il nous aidera à surmonter les crises et les tentations. Dans la demande de pardon réciproque, notre amour sera renouvelé et il s’approfondira grâce à notre relation quotidienne avec le Christ. On en prend conscience à mesure que les années passent. Quel cadeau de pouvoir fêter cinquante années de mariage ou plus1. Le livre des Proverbes nous dit: "Une femme vertueuse a bien plus de valeur que les perles. Le coeur de son mari a confiance en elle." (La femme doit évidemment pouvoir en dire autant de son mari). "Ses fils la disent heureuse, son mari se lève et lui fait des louanges." (Prov 31 : 10, 28).

Relations parents-enfants
"Un enfant est un cadeau de Dieu, un héritage", chante le Psalmiste (Psaumes 127 et 128).

Elever des enfants, c’est leur apprendre à grandir dans tous les sens du terme. Leur donner la nourriture dont leur corps a besoin. Veiller sur leur santé et leur apprendre à se comporter selon certaines règles de vie.

En Occident, on a tendance à les considérer trop tôt comme des adultes et à leur demander de se prendre en charge, alors qu’ils ont besoin de repères. D’où le désarroi de beaucoup de jeunes. Leur donner des conseils n’empêche pas de leur faire confiance. Avant tout, ils ont besoin de se sentir aimés.
Les parents doivent être d’accord sur ce qu’ils permettent aux enfants. Ceux-ci doivent savoir que si l’un a défendu quelque chose, l’autre ne cédera pas.

Education et discipline
"Ne révoltez pas vos enfants, mais pour les élever, ayez recours à la discipline et aux conseils". (Eph. 6 : 4).

Depuis tout petits, les enfants imitent les gestes des aînés et répètent leurs paroles. Il est donc très important de veiller à notre comportement. Notre exemple a plus de poids que nos leçons de morale.

"N’épargne pas la correction au jeune enfant", dit le Proverbe (23 : 12). Ce texte ne justifie en rien la violence dont sont victimes certains enfants. Attention de ne pas créer en eux le sentiment que Dieu est un Père fouettard. Plutôt qu’une claque, c’est en général plus efficace de dire à un enfant: "Va dans ta chambre et écoute ce que Dieu veut te dire". A l’opposé, la permissivité où on leur laisse tout faire ne leur rend pas service.
 
Vie spirituelle
Quel privilège de pouvoir prier déjà près des berceaux de nos enfants! Puis, à mesure qu’ils grandissent, leur apprendre à prier eux-mêmes. C’est vrai qu’au début, ils vivent de la foi de leurs parents. Mais le chemin est ouvert, qui les conduira un jour à reconnaître Jésus comme leur Sauveur. Un moment chaque jour où la famille est rassemblée pour entendre Dieu parler par la Bible et la prière est une vraie bénédiction.

Il n’y a pas de formule toute faite pour un culte de famille. On est sans cesse menacé de tomber dans la routine. C’est pourquoi, nous devons savoir changer le style de ces moments. Ils pourront prendre la forme d’un forum où chacun s’exprime. C’est aussi le lieu où l’on apprend à demander pardon et à pardonner. Si vous êtes remplis de l’amour de Dieu, tout à la fois à l’écoute de l’Esprit et de vos enfants, vous pourrez répondre à leur attente. Mais finalement, c’est eux qui sont responsables de leurs choix.

Rayonner
Pour bâtir une maison, il faut recourir à différents corps de métiers (maçons, charpentiers, peintres, appareilleurs...) De même, pour construire une famille, nous ne sommes pas seuls. Nous sommes membres d’une église, avec le culte de l’enfance, et ses diverses activités. La Ligue pour la lecture de la Bible édite des publications adaptées aux différents âges, organise des camps pour enfants, jeunes, etc.

D’autre part, la prière avant les repas nous apprend à dire notre reconnaissance à Dieu de qui nous recevons toutes choses.

Lorsque nous avons des visites, proposons-leur de se joindre à nous pour ce moment de culte de famille. Plusieurs ont dit avoir reçu par ce témoignage, davantage que par bien des sermons. Des enfants heureux sont le reflet de familles rayonnantes. On pourrait comparer les familles chrétiennes à des oasis dans le désert du monde, où les voyageurs font étape et se renouvellent.

Cet article, fondé sur l’enseignement de la Bible, est également le témoignage d’une expérience de famille vécue par deux générations successives, avec parfois des hauts et des bas, des tâtonnements. De la troisième génération, plusieurs jeunes couples, parents de jeunes enfants, s’engagent dans la même aventure.

Questions
1. Christ a-t-il la première place dans ma vie? Et si oui, ai-je le même désir pour ma famille?

2. Comment donner le meilleur à nos enfants sans les écraser?

3. Sont-ils heureux en famille?

4. Confiance et transparence sont-elles vécues dans notre famille?


____________________

NOTE: 1 C’est le cas de l’auteur de cet article (NDLR).


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés