Le Lien

N° 286 Juillet 2018

Devenir des intercesseurs avec Dieu!

Par Jean-Pierre Besse

Pendant la grande «bataille d’Angleterre» en 1942 (deuxième guerre mondiale) l’aviation d’Hitler pilonnait Londres avec ses bombardiers puissants pour mettre l’Angleterre à genoux devant les forces démoniaques du nazisme. Un des plus remarquables intercesseurs du Royaume Uni à ce moment-là, Rees Howells, avec quelques amis, a contribué à faire pencher le cours de cette bataille d’Angleterre, comme cela fut reconnu, parce qu’il combattait spirituellement avec le Christ auquel il avait voué sa vie! L’armée allemande n’a jamais pu débarquer aux îles Britanniques!
C’est aussi notre privilège (toute proportion gardée) de pouvoir exercer une influence sur les circonstances parce que le Seigneur nous appelle à collaborer avec lui pour manifester sa royauté (voyez par ex. dans Exode 17.8-16 Moïse, Josué et la bataille d’Amalek)!
Devenir intercesseurs avec Dieu, voilà une des perspectives les plus passionnantes de la vie nouvelle avec Jésus! On est loin du fardeau pénible que certains imaginent à propos de l’intercession. Loin de la «liste de commissions» à rappeler interminablement au Seigneur…

Le ministère de prière est un des trois services de base qui caractérisent chaque chrétien sans exception (à côté du service du prochain et du témoignage de l’Évangile). Cet office de la prière régulière est la preuve d’une véritable foi, la foi de Jésus-Christ lui-même agissant en nous!


En quoi consiste ce ministère, au juste?

Il consiste à être comme des «prêtres» (Apocalypse 1.6) pour notre entourage naturel, des ponts entre Dieu et le monde. Détaillons.

D’abord, le service de l’intercession consiste à
nous tenir en repos dans la présence de Dieu notre Père! Voilà nettement le plus important! Après quelques essais qui peuvent nous sembler au premier abord infructueux, cette position de repos (alléluia!) va nous conduire naturellement dans une attitude d’adoration, alors que nous nourrissons régulièrement notre foi du message de la Bible où le Seigneur nous parle! En effet, est-il possible de nous tenir tranquille en présence du Dieu vivant, loin des distractions de toutes sortes, sans être conduits à l’adorer pour sa grâce et ses qualités? Aimer le Seigneur notre Dieu de TOUT notre être est le premier commandement, le plus essentiel, selon Jésus (Marc 12.28-29).
Quand nous sommes en présence de l’Éternel pour Le célébrer, nous sommes portés et même
transportés en Dieu (le mot français enthousiasme veut dire exactement cela)! L’Esprit de Jésus nous élève! Les paroles par lesquelles nous exprimons ses qualités déclenchent en nous, au bout d’un moment, un souffle intérieur qui nous enrichit, qui nous rapproche du Fils de Dieu et du Père! Et quand cela se produit, que se passe-t-il?

Parle Seigneur, ton serviteur écoute!

La «voix» de notre Père nous touche dans un murmure, comme par un souffle léger. Le jeune garçon Samuel n’a pas tout de suite reconnu cette voix qui l’appelait jusqu’à ce que son maître lui ait conseillé de dire: «Parle Seigneur, ton serviteur écoute!»
(1 Samuel 3).
Connaissez-vous le commandement qui précède les «dix paroles» d’Exode 20?
«ÉCOUTE ISRAËL! Je suis l’Éternel ton Dieu qui t’ai libéré de la maison des esclaves»! «ÉCOUTE toi mon fils, ma fille»! Ne te presse pas d’ouvrir la bouche pour demander, approche-toi de Dieu pour écouter d’abord! (Ecclésiaste 4.17 à 5.1).
Cette pratique de l’écoute n’est pas facile car tant de pensées, d’émotions, de désirs s’agitent en nous! En écoutant, nous sommes heureux parce que Dieu est tellement merveilleux que nous finissons par tomber amoureux de Lui! Nous sommes purifiés à son contact. On désire ardemment faire ce qu’il veut. Tenez-vous un moment dans la présence de Dieu par la foi, avant d’aller au travail le matin; plus tard dans la journée refaites-le si possible quelquefois, même pendant le travail; persévérez!
De l’adoration vont spontanément jaillir des
sujets d’intercession selon les priorités du Seigneur!
La première fois que l’on voit dans la Bible quelqu’un qui intercède pour d’autres, c’est-à-dire qui est comme un médiateur entre Dieu et ces personnes pour leur salut, c’est dans le livre de la Genèse au ch. 18 v.1-3 et 16-33. Il s’agit de l’intercession d’Abraham: elle nous donne des clés.
Abraham vient d’avoir la visite de trois personnages mystérieux qui sont plus que des humains (anges). Après avoir fait une promesse solennelle à Abraham et Sarah, ces personnes poursuivent leur route.
Avez-vous expérimenté des visites de l’Esprit Saint qui vous rendaient Jésus présent? Leur avez-vous prêté attention? Ou avez-vous passé rapidement à autre chose?
Ces hommes s’éloignèrent en direction de Sodome. Mais nous voyons
qu’Abraham «se tint encore en présence de l’Éternel; Abraham s’approcha et dit…»
La vision ou la sensation de la visite s’est éloignée, mais pas le Seigneur, qui lui est toujours présent! Abraham ne passe pas à autre chose trop rapidement mais il reste encore en la présence de l’Éternel. Le texte nous dit même qu’Abraham «s’approcha»…
«Approchez-vous de Dieu et Il s’approchera de vous», dit l’apôtre Jacques (Ja. 4.7). C’est ce que fait Abraham, le père des croyants, et cela lui a permis d’entrer dans une conversation inouïe avec Dieu au sujet de Sodome et Gomorrhe, villes que Dieu s’apprêtait à mettre sous le feu de son jugement! Voir Genèse 18.17 à 21 puis v.22-23a: «Cacherai-je à Abraham ce que je vais faire? … Et l’Éternel dit: le cri contre Sodome et Gomorrhe s’est accru … les hommes s’éloignèrent et allèrent vers Sodome. Mais Abraham se tint encore en présence de l’Éternel. Abraham s’approcha et dit …»
Et là, c’est tout à fait extraordinaire: Abraham intervient dans le plan de Dieu et parvient à infléchir ce plan par son intercession! Il entre dans une sorte de saint marchandage par lequel cet «Ami de Dieu» plaide comme un avocat la cause des gens de Sodome afin que les «justes» qui pourraient s’y trouver ne soient pas détruits avec les injustes! Il plaide en faveur de 50 justes supposés et descend progressivement et avec respect jusqu’à 10 justes, enhardi par les «oui» successifs de Dieu. Puis il s’arrête là. Finalement 6 personnes seront sauvées de la destruction: la famille de Loth, car Dieu est juste.
Dieu ira plus loin qu’Abraham (la vraie justice ne se trouvant pas parmi les hommes! Psaume 14). Il donnera finalement
le seul véritable Juste qui va sauver par le don de sa vie tous les autres, donc même les injustes: Jésus-Christ! 1


Les intercesseurs avec Jésus!

Comme Abraham et même mieux qu’Abraham, nous devrions aussi intercéder et plaider avec persévérance et succès, assurés que le Seigneur répondra à notre prière présentée «sous la signature» du Fils unique! Et si nous avons des «entrailles de miséricorde» envers les victimes, les pauvres et les souffrants, les pécheurs, c’est encore nettement mieux! Le Seigneur ne nous dira-t-il pas: «vas-y mon fils, ma fille, tu es sur la bonne voie»? Par exemple pour proclamer la délivrance d’esprits méchants ou pour obtenir une guérison «imméritée» pour quelqu’un, ou encore pour ramener des gens dans la bonne direction …
Notre privilège est donc de nous tenir
avec Christ comme des sentinelles qui veillent sur une muraille! Veiller sur ceux qui «dorment»: nos enfants, des personnes inexpérimentées mais combien précieuses! Veiller sur notre vie ou tel ou tel peuple!
L’intercesseur–veilleur par excellence c’est JÉSUS! Jésus qui veille pour lui-même et aussi pour nous dans le jardin de Gethsémané la nuit de son arrestation, alors que tous les disciples dorment.
Jésus l’intercesseur jusqu’au dernier moment, alors qu’il agonise sur la croix:
«Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font!»
Jésus
sur la croix est dans la position totale de l’intercesseur, et sa prière devient prophétie avec le malfaiteur suppliant crucifié à sa droite: «aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis!» (Luc 23.43)!
Et depuis lors, Jésus est élevé
«dans le Ciel à la droite de Dieu… et il intercède pour nous» (Romains 8.34)! Et nous aussi nous intercédons, assis avec lui dans sa victoire (Ephésiens 2.6), unis avec Christ dans sa résurrection!

Faisons silence et recevons l’appel à nous tenir dans la présence du Seigneur, pour nous et pour d’autres, comme écoutants, comme adorateurs, comme sentinelles et comme intercesseurs combattants!

Le voulons-nous?



Note:

1. Dieu garde cependant le droit de juger, en particulier ceux qui s’endurcissent en connaissance de cause contre Jésus et son salut.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés