Le Lien

N° 224 Janvier 2003

Contruire les relations

Par Floyd McClung

Dans les chapitres quatre et cinq de l’épître aux Ephésiens, Paul décrit les principes et les attitudes que nous devons cultiver pour maintenir l’unité qui nous a été donnée par la mort de Jésus sur la croix. Au chapitre quatre, il nous dit en particulier: "Efforcez-vous de conserver l’unité que donne l’Esprit, dans la paix qui vous lie les uns aux autres... Ainsi nous parviendrons tous ensemble à l’unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’adultes, à un stade où se manifeste toute la plénitude qui nous vient du Christ." (Eph. 4 : 3, 13)

Plutôt que de nous préoccuper du péché et des erreurs des autres, nous devrions nous préoccuper de notre manière de réagir à leur égard. Allons-nous exiger des conditions excessives avant de rétablir une relation qui a été brisée, ou allons-nous pardonner rapidement avec joie?

La liste suivante nous aidera à discerner nos motivations. Lisez-la, méditez-la et demandez au Saint-Esprit de vous parler.

A. Attitudes fondamentales
Paul nous dit dans Ephésiens 4 : 1-2: " Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience. Supportez-vous les uns les autres avec amour." Une telle attitude, maintenue dans notre vie quotidienne, est une grande force.

L’humilité c’est vouloir être connus pour ce que nous sommes et pour ce que nous avons fait, sans chercher à donner une image de nous-mêmes qui ne corresponde pas à la réalité. Cela signifie être prêts à faire tout ce qui est nécessaire pour mettre les choses en ordre avec les autres lorsque nous avons péché contre eux ou lorsque nous les avons blessés.

La douceur nous incite à ne pas imposer notre manière de faire et à ne pas chercher à nous mettre en avant.

La patience signifie attendre les autres, tout en les aimant, même s’ils sont dans l’erreur.

Supporter les autres signifie que nous les aiderons dans leurs faiblesses.
 
B. Dire la vérité avec amour.
"Au contraire, en exprimant la vérité dans l’amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête: le Christ." (Eph. 4 : 15)

Paul accorde beaucoup d’importance à nos paroles et nous exhorte de plusieurs manières à ce sujet. Examinons les plus attentivement.

Voulez-vous garder vos amitiés? Voulez-vous que vos relations glorifient Christ? Alors :

- Dites la vérité avec amour. Nous ne devons pas parler avec colère, amertume ou méchanceté; mais le faire au moment opportun. Attendons que Dieu ait préparé le coeur de ceux à qui nous devons parler. Cela implique aussi que nous choisissions consciencieusement ce que nous allons exprimer. Une personne sage ne divulgue pas tout ce qu’elle sait.

- Dites seulement ce qui édifie. "Ne laissez aucune parole blessante franchir vos lèvres, mais seulement des paroles empreintes de bonté. Qu’elles répondent à un besoin et aident les autres à grandir dans la foi. Ainsi elles feront du bien à ceux qui vous entendent." (Eph 4 : 29)

En d’autres mots, dites seulement les choses positives et utiles. Il n’est pas juste de prononcer des paroles blessantes ou qui détruisent et ensuite qu’il suffit de s’excuser en disant: "J’ai seulement voulu être honnête". Vous pouvez démolir complètement quelqu’un en étant impitoyablement "honnête" au mauvais moment. La franchise ne doit pas être notre seule préoccupation lorsque nous nous exprimons! La Bible nous enseigne que nous ne devrions dire que des choses qui vont aider la personne à grandir dans la foi. Le fait de vouloir tout dire sans sagesse peut devenir un péché.

- Débarrassez-vous d’un esprit critique (négatif). "Amertume, irritation, colère, éclats de voix, insultes: faites disparaître tout cela du milieu de vous, ainsi que toute forme de méchanceté. (Eph. 4 : 31) C’est de cette manière que Paul exhorte les Ephésiens. La racine de tous ces maux est l’esprit critique, un des plus grands ennemis de l’unité. Qu’est-ce qui vous est le plus facile: de critiquer ou d’encourager? Colporter autour de nous les fautes et les péchés d’une personne est considéré comme un péché dans la Bible puisque cela engendre la méfiance et la division. C’est du poison qui peut rapidement infecter tout le corps.

Il y a plusieurs années, j’assistais à une rencontre de responsables qui discutaient à propos d’efforts communs en vue de l’unité du corps de Christ. Quelqu’un mentionna le nom d’un responsable qui aurait pu être invité à se joindre à nous. Un des pasteurs présent objecta que des membres de son église avaient eu des problèmes avec lui et que ce n’était pas un homme recommandable.

Lorsque l’on demanda à ce pasteur de préciser sa pensée, il admit qu’il ne connaissait pas personnellement ce responsable en question et qu’il n’avait pas interrogé les membres de sa communauté à son sujet. Plus encore, il n’avait même pas tenté une démarche de réconciliation entre les membres de sa communauté et ce responsable.

Cela est un péché. Il semait le doute et la méfiance dans nos esprits en faisant allusion à un conflit dont on n’avait pas de preuve. L’absence d’unité entre les membres de sa communauté et ce responsable aurait pu facilement engendrer la division parmi nous.

La calomnie, si elle n’est pas stoppée, sème la discorde. Même si quelque chose est vrai, il n’est pas nécessaire de le dire publiquement, à moins qu’il s’agisse d’un problème moral ou d’une grave erreur doctrinale. Dieu nous appelle à être responsable de ce que nous disons, à être loyal les uns envers les autres, à promouvoir la réconciliation, le pardon et l’unité. Ce n’est pas une option pour chrétiens matures; nous sommes tous appelés à le faire.
 
C. Pardonner
Paul exhorte les croyants à pardonner à ceux qui ont péché et à discipliner ceux qui ne se repentent pas de leurs péchés. "Soyez bons et compréhensifs les uns envers les autres. Pardonnez-vous réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ." (Eph. 4 : 32) c.f. aussi Eph. 5 : 5-7

Il ne peut pas y avoir d’unité dans l’Eglise sans pardon et sans discipline. Mais avec une humilité authentique et une attitude de pardon, il n’y a pas de problèmes de discorde qui ne puissent être résolus. Quand il n’y a pas d’humilité évidente chez un frère qui a péché, il doit être repris avec douceur et fermeté. Que les hommes se repentent ou pas, nous devons leur pardonner. Mais en cas de non-repentance, il incombe aux responsables de l’église de discipliner avec amour le frère qui a péché.
 
D. Appartenir les uns aux autres.
"C’est pourquoi, débarrassés du mensonge, que chacun de vous dise la vérité à son prochain. Ne sommes-nous pas membres les uns des autres?" (Eph. 4 : 25)
Tous ceux qui appartiennent à Jésus sont membres d’une même famille, cohéritiers de sa grâce. Tout comme dans une famille normale il y a des membres qui s’entendent mieux que d’autres et ont plus de choses en commun, il en va de même dans la famille de Dieu. Dans nos familles terrestres, nous ne renions pas notre frère simplement parce qu’il est différent de nous. Nous ne devrions pas non plus le faire dans l’église, car nous sommes membres les uns des autres.

Je me rappelle avoir dit à un ami qu’il y avait un groupe de chrétiens avec lequel je ne pourrais jamais travailler et auquel je ne pourrais pas m’associer publiquement. Je pensais que leur doctrine était si mauvaise et leurs pratiques évangéliques si misérables qu’elles déshonoraient le nom du Seigneur. Cela aurait été pour moi une situation embarrassante d’être identifié à eux. Je disais à mon ami que je croyais qu’ils étaient chrétiens, mais je pensais qu’ils étaient dans l’erreur et je haïssais ce qu’ils représentaient et leur manière d’exprimer leur foi. Ils ne volaient pas, ne mentaient pas, ne reniaient pas la divinité de Christ, mais je "savais" simplement que leurs pratiques superficielles blessaient le Seigneur.

Mon ami releva que j’avais un problème d’orgueil. Quel choc!

Je me considérais comme droit et juste avec des idées et des pratiques très bibliques. Après que mon indignation initiale se fut calmée, je demandai au Seigneur de me montrer si j’étais dans l’erreur. Immédiatement je commençai à penser à tout l’amour du Christ pour moi, et cela malgré mes péchés et mes échecs, au point de m’accueillir dans sa famille et de me donner son nom. Si le Fils de Dieu était capable de s’identifier à moi, membre de la race humaine pécheresse, pourquoi pensais-je être incapable de m’identifier à d’autres croyants?

Ironie de Dieu! Plus j’ai appris à connaître les membres de ce groupe particulier, plus je les ai aimés. Mon orgueil m’avait aveuglé et m’avait empêché de les accepter et de recevoir ce qu’ils avaient à m’apprendre. Peut-être nos préjugés vis-à-vis d’autres groupes chrétiens reflètent-ils nos faiblesses et les domaines où nous avons le plus besoin de grandir.

Il y a une seule Eglise. Toutefois, à voir notre attitude, nous pourrions penser que nous croyons sérieusement que, lorsque nous arriverons au paradis, Dieu nous divisera en différentes sections afin que nous puissions nous blottir au sein de notre petit groupe ou dénomination. Plus grave encore, certains se comportent comme s’ils devaient être le seul groupe là-haut. Mais quand nous arriverons au ciel, nous serons un; alors, pourquoi ne pas prendre de l’avance et travailler à connaître les chrétiens des autres dénominations et groupes dès maintenant? Mettons de côté notre sectarisme, notre peur et notre orgueil, et allons les uns vers les autres. Après tout, nous appartenons les uns aux autres.

Le comte Zinzendorf, fondateur des Moraves, disait que Dieu ne révèle pas sa vérité à une seule personne ou à un seul groupe chrétien. Il croyait que Dieu distribue la connaissance de la vérité biblique à tous les groupes, afin que nous dépendions les uns des autres pour bénéficier d’un équilibre et d’une protection. Si nous pouvions saisir cette réalité - surtout au sein des responsables - notre attitude les uns envers les autres serait très différente.

E. Qualités qui édifient
Pour finir, Paul nous exhorte à être rempli de l’Esprit, à adorer le Seigneur, à nous encourager les uns les autres, et en toutes choses remercier Dieu le Père.

"... laissez-vous constamment remplir par l’Esprit: ainsi vous vous encouragerez mutuellement par le chant de psaumes, d’hymnes et de cantiques inspirés par l’Esprit, vous louerez le Seigneur de tout votre coeur par vos chants et vos psaumes; à tout moment et pour toute chose, vous remercierez Dieu le Père au nom de notre Seigneur Jésus-Christ." Eph. 5 : 18-20.

Reconnaissance, encouragement, actions de grâce. De telles qualités ne s’acquièrent pas accidentellement. Elles ont besoin d’être délibérément cultivées, jusqu’à ce qu’elles deviennent une partie intégrante de notre manière de penser, et se traduisent quotidiennement dans nos attitudes et dans nos actions. Nous avons besoin de passer du temps dans la présence de Dieu, de lui demander comment nous pouvons encourager ceux qui nous entourent. Nous avons besoin de lui demander une nouvelle révélation de tout ce qu’Il a fait pour nous, de tout ce que nous avons reçu de lui et alors nos coeurs seront pleins de reconnaissance.

Quand, finalement nous arriverons à vivre dans l’unité, quelle bénédiction ce sera! Est-ce que cela n’en vaut pas la peine?

" Voici qu’il est bon, qu’il est agréable pour des frères d’habiter unis ensemble!

C’est comme l’huile la meilleure, qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, qui descend sur le bord de ses vêtements. C’est comme la rosée de l’Hermon,qui descend sur les montagnes de Sion; car c’est là que l’Eternel donne la bénédiction, la vie, pour l’éternité."
Psaume. 133
(Article tiré du livre "Father, makes us one" éd. Kingsway 1987)

CODE POUR UNE COMMUNICATION CONSTRUCTIVE :

1. Respecter l’autre ... s’intéresser à l’autre
2. Ecouter ... vouloir comprendre sa position
3. Réfléchir ... se donner la peine de comprendre
4. Questionner ... ne pas présumer avoir tout compris
5. Vérifier ... la prudence est une marque de sagesse
6. Parler pour soi ... assumer ma responsabilité
7. Pas de violence ... sous toutes ses formes, verbales, gestuelles
8. Pas de silence ... refuser à l’autre le droit de communiquer est destructif
9. Pas de jugements ... éviter la politique de la terre brûlée
10. Pas de manipulation ... une bonne communication n’en a pas besoin

A LIRE ET MEDITER

La Bible à des choses à dire sur le sujet! Faites ressortir de ces textes ce que vous en apprenez dans le domaine de la communication.

Eph 4 : 16-17 Jacq. 3 : 1-18 Héb. 1 : 1-3 Jacq. 1 : 18

2 Cor. 5 : 17-20 Jean 1 : 1-16 1 Jean 2 : 5 1 Pierre 4 : 11

Col. 1 : 18-23 Héb. 11 : 1 Col.3 : 12-13 Eph. 4 : 1-3

Ps. 33 : 6 Mat. 8 : 16 Col. 2 : 19 1 Cor. 14 : 26

Actes 14 : 3 Tite 1 : 3


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés