Le Lien

N° 207 Octobre 1998

Comment bien gérer son capital de vie?

Par Jacques-Daniel Rochat

Le cadeau de la vie
Si vous lisez ces lignes, c’est que, comme moi, vous êtes engagé dans l’aventure mystérieuse et complexe de la vie, et cela est loin d'être banal...

Pensons par exemple qu'en vivant sur la terre nous sommes parmi les milliards de personnes à voyager à très grande vitesse, sur la surface d'une bille et dans un univers glacial et hostile !

Le "vaisseau spatial" qui nous accueille est un véritable chef-d’œuvre abritant des myriades d'inventions géniales qui nous assurent la protection et la vie. Chaque jour, sur la terre, les nuages transportent, en cortège silencieux, des milliards de tonnes d'eau dans les coins les plus reculés. Grâce aux forces internes déposées au fond de leurs semences, d'innombrables espèces de plantes, d'insectes et d'animaux s'éveillent, remplissent les eaux, et couvrent la terre, pour en faire un jardin abondant.

Ainsi, un jour nous avons à notre tour débarqué sur cette plate-forme pour partager la condition des vivants.

Grâce à la générosité du créateur, nous ne sommes pas venus sur la terre les mains vides mais avec un important capital à exploiter. Nous avons reçu un corps extraordinaire avec la capacité de voir, de saisir, d'agir, de se déplacer, et aussi, chose fabuleuse, de donner à d'autres cette vie.

Nos capacités intérieures nous permettent aussi de développer de nombreuses qualités relationnelles, intellectuelles et créatives, nous pouvons penser, réfléchir, communiquer et aussi, joyau suprême, établir une communion spirituelle avec le créateur.

À ce capital personnel s'ajoutent aussi tous les amis, les biens et les richesses qui nous permettent d'exercer une influence sur la terre.

Date imite...
Cependant, pris dans le stress quotidien nous oublions que la vie est une denrée précieuse qui continuellement s'écoule hors de nous. Elle est un peu comme la flamme d'une bougie qui s'allume à notre naissance et qui tranquillement se consume. Une chose est sûre sa lumière n'est pas éternelle, et chaque instant la rapproche du jour, où trop pauvre en ressources, elle devra s'éteindre... De plus, cette flamme fragile est, chaque instant, à la merci d'un souffle assez violent pour l'empêcher de briller.

Car le temps de la vie n'est pas le même que celui qui semble immuable dans l'horloge. Ainsi le temps qui marque la vie humaine commence sa course doucement pour finir, de l'aveu des personnes âgées, à courir follement.

Pour l'enfant, qui a toute la vie devant lui, la longueur de sa vie lui semble infinie; c'est le temps de la croissance, du développement et des apprentissages.
À vingt ans, c'est le temps des défis et des entreprises, l'horizon est encore bien ouvert et nous pensons souvent que nous avons vraiment le temps de faire les choses.

À quarante ans, la conception du temps change, car c'est souvent à cette période que nous arrivons en haut de la colline et découvrons, surpris, que le chemin ne monte plus. Les performances physiques baissent de façon perceptible et annoncent déjà le déclin de la vieillesse. Il est de fait courant que les hommes et les femmes passent à cette période de leur vie par une crise existentielle.

Après soixante ans, la pente devient glissante et nous fait comprendre que les moments importants sont derrière nous.

Ensuite la perception est différente. Notre vie qui a perdu son éclat devient fragile. Chaque jour est une traversée menacée... la santé baisse. Jusqu'au jour où la flamme s'éteint faute de vitalité. Ainsi, tout ce que nous avons est condamné à disparaître dans un avenir plus ou moins proche.

"Tous les humains sont comme l'herbe, et toute leur gloire comme la fleur des champs; l'herbe sèche et la fleur tombe..." Esaïe 40. 6

Adieu richesses, capacités, notoriété, diplômes et biens matériels... Car la mort me fera à jamais quitter ce monde d'êtres et de matière. Et cela nous devons le méditer encore, et encore... car la vie est trop courte pour ne pas s'en rappeler.

"Enseigne-nous à bien compter nos jours" Psaume 90. 12

Alors face à cette (d)échéance, comment faire pour exploiter sagement la vie qui nous est confiée avant qu'elle ne se consume entièrement?

Comment gérer?
Dans cette optique, il est important de s'interroger sur notre manière de briller sur la terre.

Quelle est la flamme qui nous habite? Pour quels buts brillons-nous?
Ces questions sont essentielles car notre façon d'exploiter notre vie est un indiscret révélateur de ce qui nous habite. Nous pouvons nous gargariser de belles paroles, soigner notre théologie, et faire de belles prières devant les hommes... mais tout cela est subjectif et peut même nous faire vivre dans l'illusion que nous sommes agréables à Dieu.

Face au temps qui passe l'attitude habituelle de l'homme est de chercher à retenir le plus longtemps possible les ressources de son capital. Certains amassent de grandes richesses, multiplient les sécurités à outrance - cherchent à réaliser des œuvres impressionnantes, inscrire leur nom dans l'Histoire - d'autres cherchent leur confort, à faire reculer les marques de la vieillesse, s'illusionnent sur leur mort... Enfin, les pires n'hésitent pas à dominer leurs semblables, à les exploiter, à les voler ou les tuer pour se saisir de leur capital.

Mais toutes ces façons de vivre n'ont aucun avenir, elles sont vaines, stupides et diaboliques, car elles ignorent délibérément la volonté de celui qui nous a donné le mandat d'être vivant.

" Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la sauvera " Luc 9: 24.

Pour bien gérer notre capital de vie, le premier pas consiste à découvrir que les capacités de notre vie, sont une infime partie de la richesse que Dieu tient dans sa main.

La vraie sagesse consiste donc à "placer" le capital de ma vie fragile dans le Royaume solide et éternel de Dieu.

"Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur" Matthieu 6.19-21.

Mais comment cela est-il possible? Comment concrètement se faire un trésor dans le ciel, alors que tout sur la terre est poussière et vanité?

Une vision éternelle
Dans Matthieu 25 Jésus raconte la parabole dans laquelle un homme distribue son capital (des talents) à ses serviteurs. À son retour de voyage il examine comment ces personnes ont exploité ce qui leur était confié. Ceux qui ont fait fructifier le capital sont récompensés alors que celui qui n'en a rien fait est jeté dans les ténèbres. Ensuite, l'histoire continue et nous fait découvrir ce qui se passera lorsque Jésus jugera les nations;

"
 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez rendu visite; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi" Matthieu 25:34-36.

L'enchaînement de ces deux histoires n'est pas fortuit. Jésus nous donne une claire indication sur le sens à donner à notre vie. Faire fructifier son talent c'est utiliser sa vie pour accomplir des gestes d'amour inspirés.

Car l'amour est la seule valeur capable de traverser la mort et de perdurer dans le Royaume de Dieu. Ainsi la voie royale de la sagesse est d'utiliser le capital de sa vie pour aimer Dieu et les autres.

Certes, en Jésus-Christ, nous sommes sauvés par la grâce. Néanmoins le sens de ce cadeau est aussi de nous amener à accomplir la volonté de Dieu lors de notre passage sur la terre. Sans amour et sans justice véritables, les actions de notre vie chrétienne pourraient bien n'être que de la paille.

Si l'œuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu" 1 Corinthiens 3: 15.

Alors, qui veut être réellement riche? Qu'il exploite ses biens, son temps et ses capacités en accomplissant les œuvres d'amour et de justice que Dieu a préparée d'avance pour qu'elles soient accomplies.

Oeuvres qui consistent à donner, rassasier, recueillir, vêtir, soigner, visiter, aller...
Ainsi, aimer et faire grandir les enfants dans l'amour, prendre soins des personnes nécessiteuses, accueillir les malheureux, enseigner la justice, prier, bénir, réconforter, travailler, organiser, servir avec joie... Toutes ces choses peuvent être une manière juste de mettre son capital de vie au service de Dieu.

Dans ce sens, il est nécessaire que chacun de nous puisse trouver sa vocation personnelle et l'accomplir.

Consécration
Très souvent, nous pensons que le service pour Dieu dépend de notre propre volonté. Cela n'est qu'à moitié vrai. Servir Dieu est un privilège et un combat dont la victoire se trouve dans la communion avec lui. La relation " cœur à cœur " que nous tissons avec Dieu nous permet de s’imprégner de ses désirs et de ses projets. D’autres part, cette relation est aussi une force qui nous permet de tenir bon dans les inévitables combats et adversités que nous rencontrons.

Le groupe de prière peut être un lieu merveilleux pour découvrir comment nous sommes appelé à mettre notre vie à son service. La prière de consécration, qui consiste à demander avec passion que la volonté divine s'accomplisse au travers de notre vie, est la clé qui ouvre la porte de notre vocation.

Ainsi, pour être serviteur, nous pouvons ensemble:

  • Demander au Seigneur qu'il nous libère des emprises qui nous maintiennent dans l'esprit de ce monde et qui nous cachent le Royaume de Dieu.
  • Demander au Père qu'il nous remplisse de son amour et de sa force afin que nous n'allions pas vers les autres pour accomplir simplement de "bonnes actions", mais réellement pour les aimer.
  • Demander au Maître qu'il ouvre un espace de service, et qu'il conduise les circonstances de nos vies afin que nous ayons la force de devenir des ouvriers dans sa moisson.
  • Face à la vanité et à la superficialité de ce monde qui passe travailler pour des choses éternelles c'est la plus belle manière de réussir sa vie.


Un livre sur ce thème...
L'auteur de cet article à écrit un livre sur ce même thème

Dans cet ouvrage, il développe la question essentielle de la gestion de notre capital de vie à la lumière du précieux commandement enseigné par le Christ:
" Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée de toute ta force et ton prochain comme toi-même " Marc 12.30.

Cet ouvrage aborde de nombreux aspects de la vie chrétienne dans les différents domaines de notre vie:
Spirituels (libération, conversion, adoration, dons spirituels, etc.)
Psychologiques (relations, guérisons et restauration intérieures, etc,)
Intellectuels (ambitions, valeurs, trouver la volonté de Dieu, etc.)
Pratiques (gestion du capital de vie, service du prochain, etc.)

Ce livre contient aussi des démarches concrètes. Il peut être utilisé comme manuel de groupe pour suivre un processus d'édification et de croissance à la lumière de la Bible.

Éditions Carrefour
Plus de 200 pages avec de nombreuses illustrations.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés