Le Lien

N° 258 Juillet 2011

Une rencontre qui transforme (persécutions)

Par Eric Lecomte

Introduction Le thème de la «persécution des chrétiens» peut faire peur. Mais si l’on dépasse cette première réaction, cette réalité influencera vraiment notre vie chrétienne.
En 2004, j’ai commencé un travail à plein-temps en faveur des chrétiens persécutés, et cette expérience a apporté deux changements importants dans ma vie:
- Ma lecture de la Bible, en particulier celle du Nouveau Testament, a changé. Avant, je sautais à pieds joints sur les versets qui parlaient de ce thème. Aujourd’hui, j’en réalise la portée.
- A leur contact, j’ai compris combien le matérialisme ambiant peut être un système qui m’endort spirituellement, et les défis de nos frères et sœurs persécutés sont venus fortifier ma foi.
Alors pourquoi ne pas entrer à votre tour dans ce grand défi!

Définition
Le mot «persécution» et ses dérivés se retrouve quelque 45 fois dans le Nouveau Testament, celui de «prison» et ses dérivés se retrouve aussi quelque 45 fois dans les Actes des Apôtres et les Epîtres. Ceci pour dire que ces notions ne sont pas marginales.
Certains iraient même jusqu’à affirmer que le Nouveau Testament a été écrit par des chrétiens persécutés – Paul, Pierre, Jean – à des chrétiens persécutés.
La question se pose même: quel est l’état normal de l’Eglise: la persécution ou son absence? Si c’est son absence, je peux alors louer le Seigneur pour cette liberté de vivre ma foi, de me réunir avec d’autres croyants sans être inquiétés.

Tour d’horizon
Les chrétiens sont aujourd’hui le groupe religieux le plus persécuté dans le monde. A cause de leur foi en Jésus-Christ, plus de 100 millions de croyants souffrent de discrimination, de persécution ou d’actes de violences, que ce soit de la part de personnes d’autres religions ou de régimes totalitaires. Les chrétiens sont souvent traités en citoyens de seconde zone, auxquels on refuse même les droits humains les plus fondamentaux.
Ce sont plus de 50 pays qui sont concernés dans le monde, la persécution religieuse venant en tête, en particulier celle de l’islam contre les chrétiens.

Versets-clé
De tous les versets du Nouveau Testament, deux peuvent particulièrement retenir notre attention:
- Jean 15.20-21: «Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite: Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé.»

Regarder à Christ a deux effets dans ma vie:
- Réaliser que je ne suis pas plus grand que lui et que partager le même sort me met dans le groupe des «Bienheureux», ou «En marche» (trad. des béatitudes de Chouraqui).

- Enlever tout sentiment de fausse culpabilité, car c’est d’abord son nom qui est la cause de mon problème et pas moi-même si je suis fidèle et habité par l’amour.

- «Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui.» 1 Corinthiens 12.26

La souffrance des chrétiens persécutés devient aussi la mienne!

Peut-être avez-vous remarqué à la lecture de ces deux textes, que si les deux commencent par un aspect négatif, les deux ont aussi une bonne nouvelle à mettre en évidence:
- Ils garderont votre parole: ce sont les réveils que nous voyons en Chine, Inde, Iran…
- Dieu honore la foi de ces hommes et femmes et leurs exemples nous transforment.

Quelques citations
Elles mettent en évidence que seul Dieu par sa présence, sa consolation et sa force peut aider celui qui souffre pour lui à tenir ferme dans la tempête. Ils sont comme:
- des clous: plus vous tapez dessus, plus profondément ils s’enfoncent.
- des balles en caoutchouc: plus vous les lancez fort au sol, plus haut elles rebondissent.
- du bambou: plus vous le coupez bas, plus vite et plus résistant il repousse.
- des fleurs: plus vous les écrasez, meilleur elles sentent.
Vivre sa foi dans l’adversité demande de la persévérance, de la patience:
- «Chaque fois que je regardais la croix, j’avais peur. Mais dès que je me suis chargée de ma croix, j’ai reçu la paix.» (Mama Kwang).
- «Tant que nous aurons Dieu avec nous, nous ne serons jamais vaincus par la douleur de ce monde…» (Père Calciu).
- «Il est facile de mourir pour Christ. Il est plus difficile de vivre pour lui. Mourir ne prend qu’une heure ou deux, mais vivre pour Christ signifie mourir chaque jour.» (Sadhu Sundar Sing).

Discerner les temps
Dans nos pays libres, nous sommes appelés à veiller. Jésus disait en Matthieu 16.2-3: «Le soir, vous dites: Il fera beau, car le ciel est rouge ; et le matin: Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps».
Des tempêtes à l’horizon ne sont pas improbables. Quatre réalités sont menacées dans notre société postmoderne et sécularisées:
- Notre foi, nous pourrions être haïs pour ce que nous croyons.
- La Bible, nous pourrions être exclus pour ce que nous disons.
- L’évangélisation, nous pourrions être insultés pour ce que nous faisons.
- L’Eglise, nous pourrions être rejetés pour ce que nous sommes.

Richard Wurmbrand en avait impressionné plus d’un à sa sortie de prison lorsqu’il avait affirmé avoir été encouragé par le fait qu’il y a 365 fois dans la Bible «Ne crains pas». Ce n’est que dans cette perspective que nous devons réagir en nous posant des questions pour le futur. «L’amour parfait bannit la crainte», 1 Jean 4.18, Esaïe 54.14-15.
 
Montrer sa solidarité
Avant d’être encouragés à votre tour par les chrétiens persécutés, vous pouvez faire quelque chose en leur faveur et manifester concrètement votre solidarité avec eux.

- La prière: elle accompagne toute notre action. En priant, c’est comme si vous vous rendiez vous-même dans les régions les plus hostiles ; par la prière, vous pouvez franchir les frontières les plus hermétiques. «J’ai été encouragé de savoir que pendant mes huit ans en prison, des chrétiens priaient pour ma famille 24 heures sur 24.» (David de Vinatea).

- Ecrire: nous avons souvent reçu des témoignages de prisonniers et de chrétiens persécutés pour qui une lettre ou une carte venant de l’étranger avaient joué un rôle déterminant. Eux-mêmes et leurs familles se sentaient encouragés dans leur épreuve et les autorités étaient parfois poussées à accélérer leur mise en liberté. «J’ai reçu des milliers de lettres. Les gardiens de la prison en ont été tellement impressionnés qu’ils ont arrêté de me torturer.» (Gul Masih).

- Pétition: Mettre en pratique Proverbes 31.8: «parler pour défendre ceux qui ne peuvent parler, pour défendre les droits de tous ceux qui sont délaissés.» Dans le cas d’Hamid Pourmand, un colonel chrétien iranien qui avait été l’objet d’une campagne de pétition internationale, le juge s’était exprimé ainsi: «il semble que le monde entier vous connaisse, et que je sois le seul à ne pas vous connaître.»

- Voyager: Frère André (fondateur de P.O.) témoignait: «Cela n’a pas été un appel pour une organisation, car le pasteur m’a juste dit lors de ce tout premier voyage: «André, ta présence ici signifie plus que 10 des meilleurs sermons». Je peux ne pas savoir prêcher, mais je peux être là. Et si être là est la réponse pour eux, alors combien c’est simple! Chacun peut faire ce que j’ai fait, simplement être là, et voir comment Dieu l’utilise!»

Apprendre de l’Eglise persécutée
L’Eglise persécutée a une réponse à notre société stressée et surinformée: «Construis-toi une cellule».
C’est en tout cas le message donné par le pasteur d’églises de maison Wang Mingdao ayant passé 23 ans en prison de 60-83 ans (relâché en 1980). Sa foi solide a inspiré des millions de chrétiens chinois.
Ron Boyd MacMillan, dans son livre «A toute épreuve», raconte sa première rencontre avec ce chrétien. Il me posa soudainement cette question: «Jeune homme, comment marches-tu avec Dieu?» Ron lui fit alors une liste de tout ce qu’il faisait, lecture de la Bible, prière,?etc. Wang lui répondit: «Mauvaise réponse, pour marcher avec Dieu, tu dois pratiquer les œuvres de Dieu préparées d’avance».

A la prochaine visite, Ron lui dit ne pas voir comment faire une relation entre son expérience de la prison et sa propre vie, ainsi que l’impact que son expérience de prison pouvait avoir sur lui vivant dans un monde libre. Wang lui demanda: «à ton retour, combien de choses vas-tu entreprendre, lectures, écrits, sermons,?etc.» Puis ils se turent un instant.

Wang lui raconta alors plus en détail son expérience de la prison: «On m’avait tout enlevé, je n’avais rien à faire qu’apprendre à connaître Dieu. Pendant plus de 20 ans, ce fut la plus belle relation que je n’aie jamais eue. Mais la cellule en était la raison!» Puis il dit à Ron: «tu n’as pas de temps pour connaître Dieu. Tu dois te bâtir toi-même une cellule pour que ce que la persécution a fait pour moi puisse aussi se faire pour toi: simplifier ta vie et connaître Dieu!»

Envie de changer le monde?
Dans son livre «Chrétiens de l’ombre», Frère André présente cinq manières de changer le monde, comme des défis qui sont devant nous, face à la montée de l’Islam, mais aussi de toutes autres menaces pour le chrétien dans notre société: sécularisation et laïcisme envahissants, hindouisme intégriste:

1er défi: l’amour Matthieu 5.44 «mais moi, je vous dis: ‘Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent»

Voyons-nous les persécuteurs comme des ennemis? Est-ce par peur? Ou cherchons-nous à les gagner à Christ avec passion? Aujourd’hui, nous avons marché le premier mille en suivant Jésus. Sommes-nous prêts à marcher le second mille en leur partageant l’amour de Christ? «La meilleure manière de désarmer un terroriste est d’aller vers lui et le serrer dans vos bras ; vous êtes alors trop près pour qu’il puisse vous tirer dessus.»

2e défi: le pardon
Allons-nous chercher revanche si nous sommes attaqués? Ne devrions-nous pas plutôt pardonner? Le pardon est le pouvoir qui peut changer le monde. Christ en a pris l’initiative à la croix en disant: «Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font». Luc 23.34. Et le premier martyr du NT l’a bien illustré. Actes 7.59.

3e défi: la lumière
«Autrefois vous étiez ténèbres, et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière!» Ephésiens 5.8. Si nos valeurs morales sont les mêmes ou un tout petit peu meilleures que celles de nos concitoyens, quel message avons-nous à leur apporter? Ils ne comprendront jamais le message de la croix si nous ne prenons pas nous-mêmes notre croix chaque jour et suivons le Christ.

4e défi: la prière «Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.» Ephésiens 6.12. Sommes-nous réellement convaincus que nous sommes engagés dans un combat spirituel? «Ne priez pas pour eux, priez avec eux!»

5e défi: le sacrifice Dans ce combat, sommes-nous prêts à tout faire pour l’avancement du royaume de Dieu? Ils ont besoin de savoir que nous sommes prêts à mourir pour eux, non pas à les tuer.
«Qui nous séparera de l’amour de Christ? Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie… (rien) ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.» Romains 8.35-39

Et une dernière question:
Voulez-vous être une réponse à vos prières?
Si Dieu vous choisit pour apporter ce message, irez-vous?
 
Pour en savoir plus: www.portesouvertes.ch

Livres:

"A toute Epreuve" de Ron Boyd-MacMillan, coédition: Portes Ouvertes et Excelsis
"Chrétiens de l’ombre" de Frère André et Al Janssen, coédition: Portes Ouvertes et la Ligue pour la Lecture de la Bible


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés