Le Lien

N° 216 Janvier 2001

La puissance de la prière de foi

Par Jacques-Daniel Rochat

Et vous, (demanda Jésus à ses disciples), qui dites-vous que je suis? Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur ce roc je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clés du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.


Qui dites-vous que je suis? C'est par cette question que Jésus sonde ses disciples.

Pour Pierre, c'est le coup de foudre, inspiré par le Saint-Esprit, il sait, et il comprend. Dans cet instant de révélation, Pierre n'est plus le disciple d'un sage ou d'un faiseur de miracles, il est devant son Dieu, et dans ce moment intime ses yeux spirituels voient la majesté de celui qui l'appelle… Tu es le Christ (le Messie.

Un homme touché par la grâce vient de reconnaître son sauveur… Cette expérience essentielle est l'occasion pour Christ d'offrir un précieux cadeau. Ainsi en écho à la parole "tu es le Christ", Jésus fait connaître le regard qu'il porte sur son disciple: "tu es Pierre…".

Quelle expérience !


Car tout humain est tenaillé par la question de son identité: Qui suis-je? Cette recherche conduit les hommes à vouer une attention respectueuse à leurs performances et aux regards des autres. La passion des compétitions, des exploits, de la gloire et du succès font partie de l'arsenal que l'homme utilise pour trouver une valeur à sa vie.

Mais pour le disciple, c'est une autre mesure… Car c'est Dieu qui lui fait connaître sa vraie identité. Jésus n'en reste pas là et dévoile du même coup le fabuleux projet de vie qui repose sur Pierre et sur ceux qui le reconnaîtront par la suite.

Et là, surprise… Le disciple apprend qu'il va participer à la construction d'une oeuvre divine et éternelle: l'Église. Jésus lui promet aussi un étrange cadeau : Je te donnerai les clés…

Ces clés, les plus précieuses de l'univers, sont capables d'ouvrir le Royaume des cieux. De plus, elles s'accompagnent du pouvoir redoutable de lier ou de délier…

 
Ou sont les clés?
Des clés! Mais quelles clés? pourraient cependant se demander de nombreux chrétiens en étudiant ce texte biblique.

En effet, peu de croyants ou d'églises sont conscients d'avoir reçus des clés de la part de leur Seigneur. Beaucoup de communautés ou de groupes de prières savent que Christ leur apporte le salut, l'amour, qu'il est juste de le suivre et de l'honorer… Mais elles ignorent qu'elles disposent de clés.

Cependant, il se pourrait bien que lorsque nous serons face à Dieu, celui-ci nous demande l'usage que nous avons fait des clés qu'il nous a confiées.

A cet instant, il sera bien sûr inutile de fouiller nos poches, à la recherche des clés de notre maison ou du local de la communauté.

Car ces clés divines sont une image parlante de l'autorité que Dieu a donnée à l'Église. Et lorsque Jésus fait sa promesse, il sait que ceux qui le reconnaissent comme le Christ, sont choisis par Dieu pour exercer sa puissance sur la terre.

Ainsi, en reconnaissant Jésus comme le "Messie" envoyé par Dieu, je reçois une autorité capable d'ouvrir et de fermer le Royaume des cieux.

Quel héritage, mais aussi quelle responsabilité. En avons nous conscience?

Et pourtant! Toute la Bible est pleine de miracles qui démontrent qu'une force surnaturelle accompagne les croyants.

La Mer Rouge s'ouvre, les armées adverses sont détruites, la fournaise ne brûle pas Daniel, le roi païen Cyrus, bien disposé laisse repartir les Juifs, Esther sauve son peuple et le méchant Hamman tombe dans son propre piège, les malades sont guéris, les possédés sont libérés, les aveugles voient, les hommes sont changés, etc…

 
Une puissance ACTIVE
Un exemple détaillé de cette puissance est présenté dans les chapitres 36 et 37 du livre d'Esaïe. A cette époque, le monde est dominé par un peuple de conquérants: les Assyriens. L'orgueil et les ambitions démesurées de leurs rois les conduisent à se lancer dans une conquête acharnée pour dominer le monde. Ainsi, comme des sauterelles avides, les armées assyriennes ravagent de nombreuses régions en rythmant leurs victoires par un incessant balai de pillages, de destructions et de déportations. Les Assyriens étaient connus pour leur redoutable cruauté. Selon la volonté de leur dieu suprême, Assour, les prisonniers étaient souvent écorchés vif, enduits de goudron brûlant ou torturés sauvagement. Les princes se faisaient aussi des pyramides de cranes pour vanter leur puissance.

En 732 av. J.-C. ce colossal empire, s'approche de la Palestine, Il prend la ville de Damas en Syrie. En 722 av. J.-C. il entre en Israël et ne fait qu'une bouchée de Samarie (des milliers de juifs sont déportés). Quelques années plus tard il arrive vers Jérusalem bien décidé à mettre cette cité à son tableau de chasse. Dans la ville c'est la consternation et les habitant assiégés sont dans la crainte.
Cependant le roi Ezéchias, choisit une arme redoutable, la prière. Il s'approche de l'Éternel et lui présente les insultes et les projets funestes du belliqueux qui menace sa ville.

A l'extérieur, l'Assyrien se rit de la puissance de Dieu et affirme qu'il ne fera qu'une bouchée de cette ville et de ses défenseurs. Mais la puissance redoutable de Dieu est en route… les Assyriens sont frappés par un mal mystérieux pendant la nuit, et Sennachérib alerté par une mauvaise nouvelle est contraint de repartir en catastrophe dans son pays. La prière de foi a eu raison de la plus forte armée de cette époque. Épilogue intéressant, on a retrouvé à Assour une tablette cunéiforme écrite de la main de Sennachérib. Celle-ci confirme le texte biblique et le conquérant y avoue n'avoir pas pu prendre la ville de Jérusalem.

Cet exemple, comme de nombreux autres, devrait renforcer notre confiance et nous permettre de mesurer combien Dieu peut agir dans des situations impossibles.

Mais pour exercer cette dimension de puissance,
trois choses sont importantes:

 
1. L'importance d'être sous l'esprit
L'Église d'aujourd'hui a reçu, elle aussi, un accès privilégié à la puissance de Dieu. Cependant il est important de comprendre que l'exercice de cette autorité s'inscrit dans un cadre précis. Comme nous le savons, le ministère de Jésus était rempli d'autorité et de force et Christ a accompli de nombreux miracles. Mais comme Jésus le précise, la force de l'Esprit qui est sur lui n'agit pas dans n'importe quel sens. Car…
L'Esprit l'a oint pour… Et c'est parce que Jésus entre pleinement dans la vocation du Père qu'il est accompagné de Sa puissance.

"L'Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur." Luc 4.18-19

L'attitude d'obéissance qui consiste à se mettre sous la direction de l'Esprit est la clé de l'autorité et c'est lorsque les chrétiens se placent sous cette même onction qu'ils peuvent compter sur la puissance de Dieu. Ainsi, ceux qui apportent l'Évangile bénissent les pauvres, les malades, les opprimés, etc, travaillent dans le sens de la volonté de Dieu et seront assistés par sa puissance. Mais lorsqu'une personne agit pour elle même, ou qu'une communauté reste centrée sur ses bâtiments, ses finances, ses cérémonies, l'Esprit ne le cautionne pas.

Notons aussi que l'autorité donnée aux chrétiens, peut aussi disparaître à cause des péchés (avarice, adultère, crimes, vols, mensonges, etc). Plusieurs passages de l'Écriture précisent combien la justice est un fondement important pour la prière.

"La prière agissante du juste a une grande efficacité".

 
2. L'importance de LA FOI
Le deuxième aspect essentiel pour la prière de foi est… la foi. C'est la dimension essentielle, car selon l'Évangile, une foi de la taille d'un grain de moutarde est suffisante pour déplacer une montagne. Quelle est donc cette "denrée" qui abrite une aussi grande force?

Pour ma part, je considère la foi comme ce merveilleux lien de confiance qui peut exister entre un homme et Dieu. C'est le fil ténu, mais solide sur lequel repose ma connaissance de Dieu. Prier par la foi n'est donc pas lié à la puissance de ma voix, à la construction de mes phrases ou aux nombres de mes paroles, mais simplement à cette intime relation qui me permet de m'appuyer sur un Dieu que je connais personnellement.

Ainsi, la foi n'est pas une "matière" mais une relation. Et comme une relation, elle doit croître, grandir, s'apprendre.

David, par exemple, n'a pas affronté Goliath sans avoir d'abord expérimenté d'autres combats. Comme il le précise, ses victoires contre les ours et les lions ont construit une maturité qui lui permet de croire à la fidélité de Dieu. Lorsqu'il vient vers le géant, il a derrière-lui de nombreux exaucements et il sait ce que Dieu
veut et peut faire. David connaît, par la foi, l'issue du combat et cela lui donne une audace tranquille.

De la même manière, Dieu nous invite à entrer dans cet apprentissage en découvrant progressivement sa fidélité. Les diverses adversités et épreuves qui nous touchent sont autant d'occasions de découvrir l'assistance de Dieu et de grandir dans la foi. Souvent Dieu permet que des lions "d'exercices" nous attaquent dans le but de nous donner plus tard de l'assurance devant des géants. Mais pour cela il est important d'affronter ces premiers combats en gardant notre assurance en Dieu. Car on ne peut grandir dans la foi sans traverser d'épreuves. Cette épreuve de la foi étaient considérée comme essentielle par les apôtres. Ainsi, tous les grands hommes de Dieu ont dû passer par ces étapes pour exercer l'autorité.

 
3. l'importance de la patience
Le dernier aspect important dans l'exercice de la prière de foi est la patience.

En effet, prier avec foi ne veut pas dire que l'on reçoit tout et tout de suite.

Par exemple, lorsque nous prions pour une guérison, une délivrance, ou contre la méchanceté, notre foi exerce un poids sur les situations. Elle pèse, elle agit, elle lance un processus spirituel. Cependant il arrive très souvent que ce poids ne soit pas le seul en jeu. Les circonstances, la méchanceté des hommes, les puissances démoniaques exercent elles aussi une pression sur les circonstances. Notre prière se mesure à d'autres forces, d'autres volontés.

Dans ce combat invisible, notre confiance en Dieu est essentielle et il est inutile de répéter notre prière un grand nombre de fois, mais plutôt de maintenir la pression en s'appuyant avec confiance sur la fidélité de Dieu.

Dans l'exercice de la prière de foi, il arrive aussi que l'exaucement ne vienne pas. La personne n'est pas guérie, la méchanceté gagne et les événements attendus n'arrivent pas. Pourtant, malgré le triomphe apparent du mal, ces prières de foi gardent leur portée. Leur exaucement tarde car les poids qu'elles exercent sont retenus dans le grand espace de patience que connaît notre monde. A notre échelle humaine, de quelques dizaines d'années, ces prières semblent inefficaces, mais à la mesure de Dieu elles exercent une pression importante sur les événements de l'Histoire. Et elles trouveront leur accomplissement le jour où Dieu manifestera complètement sa puissance.

 
Démarche pratique
A vivre de préférence dans un groupe de prière ou dans la communauté. Dans l'exercice de cette autorité, il est important de rester humble et aussi de ne pas lancer des paroles à tout va. Restez dans les choses accessibles à votre foi, c'est la croissance de votre écoute et de votre foi qui vous permettra de grandir.


L'exercice pratique de cette autorité consiste à prendre position au nom de Jésus-Christ, soit contre le mal (lier) ou pour libérer le bien (délier).

1. Louez le Seigneur et, comme Pierre, reconnaissez-le comme le Christ. Demandez qu'il vous révèle l'autorité, (les clés), que vous avez reçue.

2. Dans la prière reprenez ces paroles:"L'esprit du Seigneur est sur moi (nous), il m'a (nous a) oint pour" et complétez-les en cherchant concrètement la vocation qui repose sur vous. Cette recherche est une clé pour ouvrir des brèches et accomplir les oeuvres que Dieu a préparées d'avance.

3. Quels sont les défis pour lesquels vous devez engager un combat de foi? En discernant par exemple:

- Les forteresses de ténèbres (pourvoir, hommes méchants, influences) qui agissent dans votre région. Attention: ne faites pas une liste de toutes les choses mauvaises qui vous entourent, mais demandez à Dieu de vous indiquer les "cibles" précises contre lesquels vous devez d'agir.

- Les projets que Dieu vous confie pour apporter sa vie et son salut dans votre région. Pour cela ne restez pas dans de vagues généralités, mais soyez concrets en étant prêts à mettre vos capacités et votre foi dans la voie que Dieu vous indique.

- Lorsque l’Église utilise les clés que Christ lui a confiées, elle exerce un rayonnement et une protection spirituelle sur sa région. Satan perd sa libre emprise sur les hommes. Le mal recule et même les non-croyants peuvent devenir des outils pour favoriser l'oeuvre de Dieu.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés