Le Lien

N° 179 Octobre 1991

Croyez que vous êtes exaucé

Par Colin Urquhart

C’est pourquoi je vous déclare: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu et cela vous sera accordé. (Marc 11:24)

Jésus ne dit pas que si vous "sentez" quelque chose, cela vous sera accordé. Il ne dit pas si vous "faites l’expérience" de quelque chose, cela vous sera accordé. Il ne dit pas si votre guérison se produit instantanément, elle vous sera accordée.

Il dit: "Croyez que vous l’avez reçu et cela vous sera accordé." Souvent le test de votre foi ne sera pas le temps de la prière, le moment où vous demandez,
mais ce sera votre attitude par la suite.

Prier avec foi, c’est savoir que Dieu est votre Père fidèle et aimant qui s’est engagé lui-même vis-à-vis de vous, par l’alliance, à tenir toutes ses promesses. Donc, tout ce que vous demandez au nom de Jésus, il vous l’accordera. Vous continuez à prier en croyant que vous l’avez reçu, en sachant que "cela vous sera accordé". Vous ne pouvez pas dicter à Dieu la manière de le faire ni le moment. Mais VOUS SAVEZ QU’IL LE FERA.

"Fusées" et "tortues"
Lorsque nous parlons à nos enfants de la réponse que Dieu fait à nos prières, nous leur parlons de "fusées" et de "tortues". Certaines réponses arrivent en flèche, comme une fusée, visant droit au but. Ce type de réponses rapides, immédiates, nous plaît. S’il ne tenait qu’à nous, toutes les prières recevraient une réponse "fusée".

D’autres réponses nous paraissent bien lentes à venir, avançant vers nous comme des "tortues", se traînant d’une patte sur l’autre. Mais la réponse vient. Elle est en route. Elle arrivera en temps voulu, à l’heure de Dieu. Alors nous continuons de croire.
Nous continuons de prier en rendant grâce parce que la réponse est en chemin, la guérison, le conseil…

"Cela vous sera accordé"; "cela vous sera donné"; "cela se fera": telles sont les paroles de Jésus.

"Devant la promesse divine, il (Abraham) ne succomba pas au doute, mais il fut fortifié par la foi et rendit gloire à Dieu, pleinement convaincu que ce qu’il a promis, Dieu a aussi la puissance de l’accomplir." (Rom. 4:20-21)

Mais il est facile d’abandonner avant l’arrivée de la "tortue". Et lorsque vous cessez de croire, la tortue s’arrête dans sa marche vers vous. Elle rentre la tête dans sa carapace!
Et la réponse à votre prière reste là, suspendue quelque part entre le ciel et vous. Lorsqu’elle n’arrive pas, il est si facile de faire grief à Dieu de ne pas répondre. "Pourquoi, Seigneur, pourquoi?"

"Ne perdez pas votre assurance, elle obtient une grande récompense. C’est d’endurance, en effet, que vous avez besoin, pour accomplir la volonté de Dieu et obtenir ainsi la réalisation de la promesse." (Héb. 10:35-36)

Dieu ne veut pas seulement que vous demandiez avec foi, en croyant que vous avez été exaucé,
il veut aussi que vous restiez dans la patience jusqu’à ce que vous voyiez l’accomplissement de la promesse, jusqu’à ce que la réponse vienne.

"Approchons-nous avec un cœur droit et dans la plénitude de la foi… sans fléchir, continuons à affirmer notre espérance, car il est fidèle celui qui a promis." (Héb. 10:22-23)

Ne croyez pas vos doutes
En attendant que la réponse arrive, vous serez souvent tentés par le doute. J’ai eu maintes occasions de commencer à croire Dieu, mais à certains moments, au cours de l’attente, je me suis mis à croire plutôt mes doutes. La tortue rentre dans sa carapace! Elle cesse d’avancer jusqu’à ce que je me remette à croire.

Il est plus facile de croire à ce que vous avez devant les yeux qu’à la promesse faite par Dieu de répondre à vos besoins et de fournir un remède. Tant de choses empirent avant de s’améliorer. C’est un vrai test pour notre foi: allons-nous croire les paroles de Dieu ou notre propre expérience? La "foi" se heurte à l’expérience.

Lorsque les gens abandonnent et cessent de se tourner vers Dieu pour recevoir la solution demandée, c’est souvent le signe que dès le départ ils n’ont pas vraiment cru. Ils n’ont pas cru qu’ils avaient reçu. Dieu veut employer ce temps d’attente pour édifier notre absolue confiance en sa fidélité. Bien trop souvent il doit nous montrer que nous n’avons pas la foi qu’il veut trouver en nous.

Persévérer dans la prière
Certains interprètent "croyez que vous l’avez reçu" en disant que l’on ne doit prier qu’une fois, croire que l’on est exaucé et puis oublier.

Suggérer que l’on n’ait à prier qu’une fois, pour oublier ensuite, n’est d’ailleurs pas en accord avec l’enseignement de Jésus sur la persévérance dans la prière.
"Et il leur dit une parabole sur la nécessité pour eux de prier constamment et de ne pas se décourager." (Luc 18:1)

Les paroles de Jésus "Demandez et vous recevrez" peuvent se traduire littéralement par
"ne cessez de demander et vous recevrez". Et dans le verset suivant: "Tous ceux qui ne cessent de demander reçoivent"

Il nous est donc demandé d’être
persévérants dans la prière, ce qui revient à dire persévérants dans la foi jusqu’à l’exaucement. Nous ne nous décourageons pas si les circonstances extérieures ne sont pas immédiatement modifiées. Paul nous dit:
"Ne soyez inquiets de rien mais, en toute occasion, par la prière et la supplication accompagnées d’actions de grâces, faites connaître vos demandes à Dieu." (Phil. 4:6)

Pas de chantage spirituel
Prier avec foi ce n’est pas commander à Dieu. C’est croire qu’il tiendra parole en sachant dans son cœur qu’il le fera. Abandonner un traitement médical n’impressionne pas Dieu. Souvent même, c’est par le traitement médical qu’il guérira.

Une jeune femme voulait que ses yeux soient guéris. Elle pria puis, dans un "acte de foi", elle cassa ses lunettes et les jeta. Elle passa plusieurs semaines avec une vue diminuée avant d’être obligée d’acheter une nouvelle paire de lunettes. Le fait de casser les lunettes ne démontrait rien. Si vous croyez à la promesse, vous savez que Dieu vous guérit sans égard au nombre de verres que vous portez! En l’espèce, il s’agissait d’une nouvelle convertie; son erreur est donc compréhensible. Vous enverrez valser vos lunettes ou vos béquilles lorsque le Seigneur vous aura guéri et que votre corps manifestera la preuve de cette guérison. Dieu n’est pas honoré si un chrétien bien intentionné entre en boitant chez son médecin tout en affirmant: "Le Seigneur a guéri mon pied. Je le crois dans la foi".

Il est nécessaire de croire aux promesses, mais pas par des manifestations de bravade spirituelle. Lorsque Jésus s’avançait sur les eaux, Pierre, avant de sortir du bateau, avait attendu que l’ordre lui soit adressé: "Viens!", Sa foi était une réponse à la parole de Jésus.

Celui qui saute du bateau avant d’avoir entendu personnellement le Seigneur l’y inviter, peut s’attendre à couler.

Le fait de prier ne signifie pas que l’on a cette foi
"comme un grain de moutarde" dont parle Jésus, sachant que la semence de prière produira, à coup sûr, la moisson demandée.

Il est plus facile de prier que de croire! Il est possible de demander sans la foi dont parle Jésus.

"Je crois vraiment"
Nombreux sont ceux qui viennent demander la prière, l’imposition des mains ou l’onction d’huile et qui "croient" vraiment que Dieu va les guérir. Mais ils s’en vont déçus parce qu’ils sentent que "rien ne s’est passé". On pense alors que Dieu a un autre dessein, qu’il n’est peut-être pas de sa volonté de guérir dans ce cas. Mais c’est alors renier les promesses de Jésus: "Tout ce que vous demanderez". Nous voici de nouveau confrontés à deux interprétations différentes de la "foie ": ce que ce mot recouvre en général pour les chrétiens et ce qu’il signifie pour Jésus.

Le problème peut être alors que la guérison n’a pas été instantanée. Jésus ne promet pas qu’elle le sera. Il dit que la prière sera exaucée.

La foi dit "JE CROIS".

Le doute exprime une déception:
"je croyais".

La foi ne cesse jamais de croire jusqu’à ce que la réponse soit visible.
Ces dernières années j’ai prié avec un nombre infini de personnes à guérir. Beaucoup, au moment de la prière, auraient pu dire n’avoir rien senti ni éprouvé. Pourtant, après quelques jours, elles ont témoigné de leur guérison.

En quelques jours, on peut être mille fois tenté par le doute, rencontrer maintes occasions de cesser de croire et de se laisser aller à la déception.

Mais si vous croyez que vous avez été exaucé, la seule déception possible est de n’avoir pas reçu une réponse "fusée". Vous continuerez à vous réjouir et à louer Dieu car vous savez que cela vous sera accordé.

Pas les sentiments
Certains ne parviennent pas à attendre. Ils ne croient qu’aux "fusées". Si alors, dans la prière, ils ne sentent ni n’éprouvent rien, ils vont souvent douter que Dieu honore sa promesse. C’est faire en réalité confiance aux sentiments et aux sensations plutôt qu’à la parole du Seigneur: "Cela vous sera accordé." Dans ce cas, leur foi est bâtie sur le sable et ils subiront bien des déceptions tant qu’ils n’auront pas construit sur le roc.

Dieu envoie beaucoup de réponses "fusées". Apprenons à rendre grâce autant pour les réponses "tortues". La sagesse de Dieu est sans commune mesure avec la nôtre; il sait parfaitement quand et comment nous allons recevoir la réponse. Et son Esprit, vivant en nous, nous conduira fidèlement jusqu’à l’exaucement si nous continuons à croire à la parole de Jésus.

Nos manquements
J’ai dû opérer un retour sur ma vie chrétienne et demander à Dieu son pardon pour toutes les fois où je me suis abandonné aux doutes et où j’ai cru mes doutes plus que ses promesses. Quelle merveille, chaque fois que nous confessons nos défaillances, Dieu efface l’ardoise. Il pardonne complètement. Il nous fait repartir à neuf. Il ne nous condamne pas pour le passé mais nous donne, pour l’avenir, une nouvelle occasion de croire.

Dieu ne veut pas non plus que vous
vous sentiez condamné. Il ne veut pas que vous viviez continuellement sous le nuage de vos manquements passés. S’il vous a montré à quels moments vous ne lui avez pas fait vraiment confiance à propos d’un problème ou d’un important besoin, remettez-lui cette défaillance sur le champ et recevez son pardon. Si vous avez d’abord cru à l’exaucement et avez ensuite lâché parce que vous vous en êtes remis aux circonstances plus qu’à la promesse, demandez au Seigneur le pardon pour votre manque de persévérance. Si, dans le passé, vous avez uniquement cherché les réponses "fusées", priez maintenant dans la foi et croyez que "cela vous sera accordé".

Sachez que Dieu se préoccupe de l’avenir; que vous pouvez avoir une attitude toute nouvelle, positive, pleine de foi dans vos prières de demande. En apprenant à pratiquer la prière de foi, vous croirez en lui et vous vous appuierez sur ses promesses.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés