Le Lien

N° 134 Juillet 1980

La puissance de la Prière

Par René Jacob

Frères et sœurs en Christ, nous le savons bien – la Parole de Dieu nous l’enseigne – la prière est une force incroyable:

"Demandez et l’on vous donnera, cherchez et vous trouverez." (Mat. 7:7);

"En vérité, je vous le dis, si deux d’entre vous sur la terre unissent leur voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père qui est aux cieux." (Mat. 18:19);

"Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils." (Jean 14:13);

"C’est moi qui vous ai choisis et vous ai établis, pour que vous alliez et portiez du fruit, et que votre fruit demeure, afin que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne." (Jean 15:16)

Alors, pourquoi ne voyons-nous pas cette puissance dans nos vies? pourquoi tant de chrétiens soi-disant "réveillés" connaissent si peu la victoire? C’est parce que nous manquons de souffle dans ce chemin de la prière; comme des athlètes fatigués, nous nous arrêtons en cours de route et ne parvenons pas au but (cf. 1 Cor 9:25).

Mille raisons de s’arrêter
Le diable connaît trop bien la puissance de la prière, et il nous encourage à trouver mille prétextes pour ne pas prier:

- je n’ai pas le temps;
- j’en ai fait assez;
- le Seigneur n’en demande pas tant;
- voyez tout ce que je fais pour mes frères, c’est déjà de la prière;
- il vaut mieux passer deux heures à changer le monde
- la prière me détache du réel, elle me désengage.

Tout cela ne fait que cacher notre peur de prier. Disons-le tout net: l’enjeu du monde n’est pas matériel, il est spirituel. L’apôtre nous le dit clairement: "Ce n’est pas contre des adversaires de chair et de sang que nous avons à lutter, mais contre les principautés, contre les puissances, contre les régisseurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal qui habitent les espaces célestes" (Eph. 6:12). Les armes du combat vont donc être spirituelles, et l’arme suprême, c’est la prière (Marc 9:29).

Jésus n’aurait pas passé des heures et des nuits à prier son Père, s’il n’y avait pas là un élément indispensable à sa vie et à la vie du monde. Là aussi, il est "le chemin" (Jean 14:6). La prière remet l’homme et le monde à l’endroit, les réoriente, les re-centre sur Dieu. La prière est l’oxygène indispensable à la vie du monde. Par elle, l’homme retrouve le Dieu pour lequel il est fait. Par elle, le chrétien s’engage pour le salut du monde. Par elle, le monde s’ouvre à la louange et à la contemplation. Par elle, l’univers entier prépare sa délivrance. Par elle, les torrents de grâce et d’amour se déversent sur l’humanité. Par elle, l’Esprit de Dieu, enfin libéré, jaillit à travers nous jusqu’au cœur de laTrinité. Par elle, l’homme transfiguré devient transparent de Dieu (Ex. 34:29-35).

Oser prier
La première condition pour prier, c’est d’oser prier, aussi bien devant les autres que devant soi-même.

1. Face aux autres. Oser prier, c’est oser dire Dieu. C’est oser dire que Dieu est le tout premier dans ma vie et dans la vie du monde. C’est oser dire que j’ai besoin de passer du temps avec Dieu; que si je ne passe pas de temps avec Dieu, je vais mourir, et dès lors, que je ne serai plus bon à rien pour les autres. C’est oser dire à mes amis, mes relations, mes enfants, mes parents, ma femme ou mon mari, que Dieu est le tout premier dans ma vie (Luc 14:26). C’est oser les laisser pour aller à la rencontre de Dieu.

2. Face à soi-même. Oser prier, c’est oser prendre du temps pour Dieu, perdre du temps pour Dieu, perdre beaucoup de temps pour Dieu. C’est oser faire passer Dieu avant la pêche, le sport, la télévision ou le cinéma. C’est oser vivre sa foi. C’est aussi oser affronter toutes les peurs qui nous envahissent au moment de prier (peur de ne rien sentir, peur de ne pas savoir quoi dire, peur de ne pas savoir "tenir", peur de s’ennuyer, etc.) pour nous perdre complètement en Dieu, qui attend notre faiblesse pour nous combler.

Laisser jaillir la prière

Que faut-il faire pour prier? Pas grand-chose. Personne ne sait "prier comme il faut" (Rom. 8:26). L’Esprit Saint, lui, sait. Sa prière à lui correspond parfaitement aux vues de Dieu (Rom. 8:27). Et il est là, dans nos cœurs (Rom. 5:5). Dès lors, prier c’est avant tout laisser l’Esprit Saint prier en nous, le laisser casser cette écorce tellement tenace de notre moi extérieur, le laisser libérer notre propre esprit intérieur (cf. W.Nee, La libération de l’esprit). C’est là la vraie libération et la vraie prière: consentir à cet échange permanent d’amour de l’Esprit vers le Père par Jésus-Christ, y entrer, nous y couler, laisser l’Esprit se joindre à notre esprit (Rom. 8:16). Voilà la prière que Dieu attend de nous.

Le combat de la prière
"Luttez avec moi dans la prière", écrit Paul (Rom. 15:30). Est-il étonnant que cette communion d’amour de la prière apparaisse parfois ou souvent comme un combat? Combat contre le monde, qui fait de l’argent, du ventre ou de la matière, son dieu, et qui ne peut supporter celui qui tient "ferme, comme s’il voyait l’invisible" (Héb. 11:27). Combat contre le moi extérieur, qui s’en va en ruines (2 Cor. 4:16), mais qui a bien du mal à laisser l’esprit jaillir. Combat enfin et surtout contre Satan, l’esprit du mal, qui n’abandonne pas si facilement le terrain à l’Esprit de Dieu. Mais combat victorieux, car le Tout-Puissant a déjà jeté à l’eau cheval et cavalier (Ex. 15:4); car Jésus-Christ a définitivement jeté à terre le diable (Eph. 2:15; 1 Pierre 3:22), et en lui, nous avons vaincu le Mauvais (1 Jean 2:14). Il nous suffit donc "de ne pas craindre, de tenir bon, et de voir ce que le Seigneur va faire pour nous aujourd’hui" (Ex. 14, 13).

Persévérer dans la prière
La seule chose à faire, c’est donc de tenir bon, de durer dans la prière. C’est souvent le plus difficile. Après une demi-heure ou une heure, après quelques mois ou quelques années, on se fatigue et on se lasse. Après une réelle conversion, et un certain temps de "réveil", on s’attiédit (Apoc. 3:16) et on se décourage. Jésus pourtant nous avait mis en garde:
"il leur disait une parabole sur ce qu’il fallait prier sans cesse, et ne pas se décourager" (Luc 18:1). Lui-même nous avait donné l’exemple, en passant des heures et des nuits à prier le Père (Luc 5:16; 6:12). Et tous les apôtres, toute l’Église primitive, nous invitent sans cesse à persévérer, à durer dans la prière: "apportez-y une vigilance inlassable" (Eph. 6:18), "soyez assidus à la prière, qu’elle vous tienne vigilants, dans l’action de grâces." (Col. 4:2)

Prier sans cesse
Si la prière est un dialogue d’amour avec Dieu, peut-on cesser de prier? Pour le chrétien, cesser de prier, c’est cesser de respirer. Pas étonnant dès lors que tant de chrétiens semblent des morts en sursis; pas étonnant que tant de gens soi-disant "réveillés" sont plus endormis que des morts!

"Priez sans cesse" (1 Thess. 5:17), "priez en tout temps dans l’Esprit" (Eph. 6:18). Celui qui prie sans cesse reçoit perpétuellement de Dieu sa nourriture; il se reconnaît en perpétuelle dépendance de Dieu, et Dieu se plaît à déverser en lui des torrents d’amour, Dieu se plaît à visiter une telle communauté chrétienne qui est perpétuellement à son écoute. Et Dieu agira, sans aucun doute.

Sachons nous aider les uns les autres: prions en groupes, en petites cellules, en paroisses, en famille; prions à vingt, mais prions aussi à deux ou trois, sans cesse. Prenons du temps pour prier: le matin, le soir, en voiture. Prions un quart d’heure sur la chaîne à l’usine; prions entre chrétiens, quand je rencontre un frère chez moi… ou dans la rue. Prions avec des mots, prions en silence, prions en langues… prions avec d’autres, prions tout seul…
"Louons sans cesse le Christ pour sa victoire certaine" (Eph. 1:15-22); "louons sans cesse le Père qui nous comble de tant de bénédictions" (Eph. 1:1-14)... prions sans cesse. Alors, peu à peu, notre cœur s’établira dans la prière.

Vivre dans la prière
Nous découvrirons alors que la prière nous dépasse infiniment, qu’elle est la respiration du monde spirituel, la respiration du Royaume. Par toutes nos fibres, nous nous ouvrons à la louange qui jaillit de l’univers, qui vient du fond des âges, qui englobe tous les croyants d’hier, d’aujourd’hui et de demain, et qui, par Jésus-Christ, monte perpétuellement vers le Père. Immergés par tout notre être dans cette atmosphère de prière qui est celle du corps de Christ, nous ne pouvons plus que crier sans cesse, avec l’Esprit de Jésus: "Abba! abba! abba!" Et le Père nous répond: "Moi, YHWH, en temps voulu, j’agirai vite" (Es. 60:22). 


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés