Le Lien

N° 131 Octobre 1979

Confessons la Parole de Dieu

Par Colin Urquhart

La Parole de Dieu est un roc, ce n’est pas du sable qui peut changer et s’effacer (cf. Mat. 7:24-27). Jésus nous dit de bâtir notre maison sur ce roc et si nos vies sont bâties sur la parole de Dieu, peu importe le nombre ou la force des tempêtes, notre maison ne sera pas ébranlée. Mais si nos maisons sont bâties sur le sable, alors un rien les fera s’écrouler.

Le sable, cela peut être nos sentiments ou nos expériences: il est facile de croire une expérience de guérison, mais Dieu nous demande de croire ses paroles de guérison. Le sable, cela peut être aussi nos propres idées sur Dieu, sur ce qu’est la volonté de Dieu; mais c’est la Parole qui nous révèle les véritables intentions de Dieu. C’est pourquoi il importe de bâtir nos vies sur le roc de sa parole. Prenez le Nouveau Testament et trouvez tous les passages qui vous parlent de la nouvelle vie en Jésus: la personne nouvelle qu’il a créée en vous depuis que vous êtes passés de la mort à la vie (1 Jean 3:14); la personne nouvelle que vous êtes maintenant depuis qu’il vit en vous et que vous vivez en lui (cf. Gal. 2:20); la nouvelle créature que vous êtes (2 Cor. 5:17; Gal. 6:15): il faut que vous découvriez ces choses pour vous-mêmes et que vous demandiez au Saint-Esprit de souligner dans vos cœurs la vérité de ces passages.

J’aimerais vous donner une quintuple confession de foi, qui vous rende capables de vivre dans la puissance de la parole; vous pourrez alors continuer à vivre dans la puissance de Jésus-Christ, vous vivrez dans la puissance de votre guérison.

Apprenez à vous adresser à vous-mêmes la parole de Dieu
Si facilement nous oublions la parole, nous recommençons à vivre dans nos sentiments et nos expériences, à croire à nos problèmes et à nos souffrances. Tandis que David avait appris à se parler à lui-même: le grand psaume 103 commence avec David qui parle à sa propre âme; souvent on interprète ce passage comme s’il s’agissait d’une louange à Dieu mais en fait, David se dit à lui-même: "mon âme, bénis le Seigneur! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom! Mon âme, bénis le Seigneur, et n’oublie aucun de ses bienfaits!"

Il faut que vous aussi vous parliez sans cesse à votre âme de cette manière pour lui rappeler de bénir le Seigneur et de lui rendre grâces, afin de détourner le regard de vous-mêmes et de le centrer sur Jésus-Christ. Tout comme David, vous avez cinq bonnes raisons de louer le Seigneur: parce qu’il pardonne tous vos péchés; il guérit toutes vos maladies; il a délivré votre vie de la fosse; il vous couronne de bonté et de miséricorde. N’est-ce pas merveilleux que chaque jour le Seigneur nous couronne? Et Dieu nous rassasie de biens aussi longtemps que nous vivons.

Apprenez à dire la parole et à vous l’adresser à vous-mêmes. Au milieu des craintes, dites-vous:
"ne crains pas, car je suis toujours avec toi" (Gen. 26:24). "Dieu ne m’a pas donné un esprit de crainte mais un esprit de force, d’amour et de sagesse." (cf. 2Tim. 1:7) Au moment où vous devez savoir que vous vivez dans la puissance guérissante de Dieu, répétez-vous toujours et encore: "par ses meurtrissures je suis guéri" (Esaïe 53:5) et il vous est permis d’ajouter: alléluia!

Apprenez à adresser à Dieu la parole de Dieu, à prier la parole
Qu’est-ce qui a le plus de force: vos propres paroles ou la parole de Dieu? Les groupes de guérison les plus puissants que j’aie connus, étaient ceux dont les membres n’utilisaient jamais dans la prière leurs propres mots. Ils n’utilisaient que les promesses contenues dans la parole de Dieu en ajoutant le nom de ceux pour lesquels ils priaient. Ces groupes de prière orientent la parole de Dieu vers ceux pour lesquels ils prient. Il y a une grande différence entre prier pour les gens et communiquer aux gens la puissance guérissante de Jésus. Et Dieu désire nous enseigner à communiquer cette puissance à ceux pour lesquels nous prions. Recevez la parole pour vous-mêmes d’abord, par exemple en disant: "par ses meurtrissures je suis guéri"; et après avoir passé quelques minutes à recevoir cette vérité pour vous-mêmes, alors vous pouvez la diriger sur ceux pour lesquels vous priez: "Jean, par les meurtrissures de Jésus tu es guéri"… avec la foi que la puissance guérissante de Jésus est conduite jusqu’à eux par ces paroles. Et quand vous priez Dieu pour vos propres besoins, priez dans la puissance de la parole et dans la vérité de ce que Dieu a déjà accompli en Christ. Que les paroles que vous adressez à Dieu ne renient pas ce que Jésus a fait.

Apprenez à adresser la parole de Dieu à Satan
Je ne vous suggère pas de commencer à avoir des conversations avec lui, car il est plus fort que nous pour discuter; c’est un triste personnage qui ne mérite pas d’avoir une conversation avec un enfant de Dieu. Je veux dire qu’il nous faut expulser Satan par la parol8e de Dieu, le congédier. C’est ce que Jésus lui-même a fait. Quand Satan l’a tenté au désert, Jésus a répondu en disant: "Il est écrit…" et Satan ne peut pas effacer ce que Dieu a écrit, il n’a aucune réponse à la vérité. Apprenez donc à utiliser la parole de Dieu quand il vous tente, dites-lui que vous refusez de croire ses doutes. Il n’a pas le droit de vous mettre dans un esclavage de crainte, ni de lier vos corps par la maladie, ni de vous affliger ou de vous lier d’aucune manière. Nous croyons Dieu, et non pas les mensonges de Satan.

Parfois le diable réussit à nous faire croire que nous ne disons la vérité que quand nous parlons de nos problèmes! Il y a actuellement un esprit très malsain dans le Renouveau, où des gens cherchent constamment une guérison encore et encore plus profonde… Cela concentre toute leur attention sur eux-mêmes et la détourne de Dieu. Dieu désire que nous vivions dans la puissance de ce qu’il a fait. Notre baptême d’eau nous le rappelle et il nous exprime que nous sommes des hommes morts et ressuscités pour une vie nouvelle (cf. Rom. 6:4).

Quand des liens nous rattachant à des choses anciennes subsistent, le Saint-Esprit peut traiter ces problèmes de façon très simple; nous n’avons pas besoin de creuser dans le passé parce que c’est lui qui ramène à la surface les choses qui doivent être guéries. Je me souviens par exemple d’une réunion que je tenais en Australie: une femme était dans ce qu’on appelle un "repos dans l’Esprit" pendant plus d’une heure et quand elle est revenue à elle, je lui ai demandé ce qui s’était passé. Elle m’a répondu que Dieu lui avait dit: "c’est moi le patron." Quand j’en ai parlé à son pasteur, il m’a dit qu’un groupe s’était occupé d’elle pendant des mois; ils s’étaient heurtés à un bloc qu’ils n’arrivaient pas à enlever, parce que cette femme refusait de se soumettre à l’autorité de Dieu. Alors le Seigneur a pris lui-même les choses en main: alléluia! Le Saint-Esprit est beaucoup plus efficace que nos méthodes humaines.

Apprenez à vous adresser la parole de Dieu les uns aux autres
Il faut que nous apprenions à nous construire les uns les autres dans la foi en nous encourageant par la parole. Le Seigneur nous a enseignés dans notre communauté à faire cela: il nous a mis en face de toutes les choses négatives que nous disions sans cesse, et nous avons dû apprendre à nous adresser constamment des paroles de foi, à toujours fortifier la foi de l’autre. Certains avaient une piètre opinion d’eux-mêmes, jusqu’à ce que nous commencions à parler le langage de la foi. Alors ils se sont vus dans une lumière nouvelle; ils ne se sentaient plus critiqués ni jugés, mais au contraire sans cesse fortifiés par les autres. Ils ont alors commencé à se considérer eux-mêmes comme les nouvelles créatures qu’ils étaient déjà, une confiance et une guérison nouvelles sont entrées dans leur vie. Nous avons tous à faire fonctionner cela dans tout le Corps de Christ. Il y a là un merveilleux ministère à exercer également à l’égard des chrétiens non charismatiques. Cessez de les juger parce que vous croyez avoir plus d’expériences qu’eux avec l’Esprit, mais fortifiez-les en leur montrant par vos paroles qu’eux aussi sont en Christ, que les vérités de la Croix sont valables pour eux aussi puisqu’ils y croient. Ils se sentiront alors encouragés au lieu de se sentir jugés; et peut-être désireront-ils en savoir davantage parce qu’ils réaliseront que vos yeux ont été ouverts sur certaines vérités de l’Écriture, qu’eux-mêmes n’ont pas encore découvertes.

Apprenez à adresser la parole de Dieu au monde autour de vous
Nous vivons dans un monde terriblement négatif: les gens se plaignent sans cesse, ils geignent et gémissent. Or Paul dit aux Philippiens: "faites toutes choses sans murmure ni hésitation" (Phil. 2:14). De quoi avons-nous à nous plaindre? Nous avons le Seigneur; toutes les bénédictions dans les lieux célestes sont à nous (cf. Eph. 1:3). Dieu vit en nous par la personne du Saint-Esprit (cf. 1Cor. 3:16). Il n’y a aucune condamnation en nous puisque nous sommes en Christ (Rom. 8:1); rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu en Christ (Rom. 8:39); nous sommes plus que vainqueurs par lui (Rom. 8:37); je puis tout en celui qui me fortifie (Phil. 4:13). Dieu est notre médecin, il est celui qui pourvoit à tout (cf. Phil. 4:19). Alors, de quoi nous plaindrions-nous?

Si les prix montent, c’est une occasion de faire l’expérience de la fidélité de Dieu. Mais rappelez-vous cet autre principe:
c’est dans la mesure où nous donnons que nous recevons. Si vous donnez en murmurant, en vous plaignant, alors il faut vous attendre à recevoir des choses peu agréables. Mais si vous donnez généreusement de la manière dont Dieu vous montre, alors vous pouvez vous attendre à ce que Dieu pourvoie à tous vos besoins parce que c’est là son désir. Le monde est dans les douleurs de l’enfantement en attendant qu’enfin les fils de Dieu soient révélés (cf. Rom. 8:19). Et qui sont les fils de Dieu?

Il faut donc que nous nous manifestions nous-mêmes par les paroles que nous prononçons. Encore une fois: pourquoi le monde croirait-il nos paroles sur l’Évangile, si nos paroles et notre attitude habituelles disent le contraire?

Apprenez à confesser votre guérison
Cette quintuple confession de foi influence tous les aspects de notre vie, mais je désire la mettre particulièrement
en relation avec la guérison nous nous dupons nous-mêmes si nous disons que nous croyons à la guérison de Jésus et que, quand les gens nous interrogent, nous répondons: "oh! ça ne va pas trop mal aujourd’hui" ou bien: "ça pourrait être pire…" Il faut que nos bouches confessent les vérités que nous croyons. Cela ne signifie pas que nous devions faire de fausses confessions. La vérité, ce n’est pas forcément de dire "je suis guéri" mais: "par ses meurtrissures je suis guéri" et il y a une grande différence entre les deux. Nous proclamons ainsi que nous entrons dans cette guérison et que nous y croyons, sans donner de faux témoignage.

Le moment de rendre témoignage à d’autres est venu quand nous pouvons leur démontrer ce que Dieu a fait pour nous. Ne jetez pas le discrédit sur le ministère de guérison du corps médical: les deux formes de guérison ne s’opposent pas. Presque toutes les personnes que j’ai vues guéries par le Seigneur avaient déjà reçu de l’aide du corps médical, une aide qui leur avait été précieuse. Pour Dieu il n’y a pas opposition entre ces deux choses, et il aimerait aussi nous mettre en garde contre des actes de bravade: jeter nos médicaments, par exemple. Quand le docteur aura vérifié votre guérison, alors vous pouvez les abandonner. Jésus lui-même envoyait les malades guéris vers les prêtres pour vérifier leur guérison: donc n’ayons pas honte de faire la même chose.

Dieu désire que nous vivions tous dans la puissance de sa guérison parce que c’est une partie normale de notre vie chrétienne; nous vivons dans le salut de Dieu, et cela signifie que nous vivons dans sa guérison totale. Il n’est pas nécessaire que nous fassions de la guérison une chose à part; mais parce que nous vivons dans le salut plénier de Dieu, il peut alors nous utiliser à sa louange et à sa gloire dans le monde. Dieu nous fortifie, nous guérit pour son service dans le monde. Et non pas simplement pour que nous nous promenions en nous répétant à nous-mêmes: "oh comme Dieu est bon pour moi!"

Si vous croyez que Dieu vous a communiqué sa guérison, le don est là en vous: connais-tu le don de Dieu (cf. Jean 4:16). Vous pouvez donc demander à Dieu de vous pardonner toutes les attitudes négatives que vous auriez déjà eues, et commencer à le louer et à le bénir pour sa guérison qu’il vous a donnée. Vous pouvez commencer à confesser que vous êtes guéris par les meurtrissures de Jésus, commencer à marcher dans la confiance de ce que Dieu a fait. Et dans la mesure où vous continuerez à croire, cette guérison qui est en vous va se débloquer et prendre toute la place en vous.


Stacks Image 336
2017 © Shekina, Tous droits réservés